PMU : un gigantesque système de blanchiment d'argent démantelé

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

1,3 million d'euros auraient été blanchis dans une escroquerie au PMU et une quarantaine de personnes ont déjà été arrêtées.

INFO EUROPE 1

C'est une affaire de gros sous qui sera bientôt portée devant la justice. Deux hommes ont été arrêtés lundi et mardi en région parisienne et placés en garde à vue. Selon les informations recueillies par Europe 1, après leurs interrogatoires ils ont été laissés libres mais seront prochainement convoqués devant la justice dans une très grosse affaire de blanchiment d'argent. Plus de de 1,3 million d’euros frauduleusement obtenus grâce une vaste escroquerie au PMU et à la Française des Jeux. Un dossier tentaculaire qui implique plusieurs dizaines de suspects.

Des milliers d'euros de gains encaissés. Dans ce bar-tabac d'Aulnay-sous-Bois en banlieue parisienne, les turfistes avaient visiblement de la chance, beaucoup plus qu'ailleurs. C'est du moins ce que pouvait laisser croire le gérant, qui, sans agrément, encaissait lui-même auprès du PMU des milliers d'euros de gains plusieurs fois par semaine.

LeCeltiqueAulnay

Le bar-Tabac Le Celtique à Aulnay-sous-Bois. crédit : Google Street View.

Usine à blanchir de l'argent sale. En réalité, le tenancier et ses complices rachetaient un peu partout en France des tickets gagnants de paris hippiques ou sportifs. Les escrocs payaient directement les joueurs en liquide avec même un petit bonus et ensuite ils encaissaient le gain officiellement, comme l'avait révélé M6. Une véritable usine à blanchir de l'argent sale qui a très vite attiré des convoitises, celles de gens du voyage, y compris des membres du clan Hornec, famille ultra-connue dans le milieu du grand-banditisme.

1,3 million d'euros en partie réinvestis dans l'immobilier. D'après les enquêteurs du service central des courses et jeux (SCCJ) et de l’office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), plus d'un 1,3 million d'euros auraient ainsi été blanchis et en partie réinvestis dans l'immobilier.

Certains ont reconnu les faits. Depuis le début de l'année, une quarantaine de personnes ont déjà été arrêtées par la police judiciaire dans cette affaire, dont une quinzaine font l'objet de poursuites judiciaires. Certains ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Le gérant de fait du bar-tabac d’Aulnay-sous-Bois a été mis en examen et écroué. D’autres suspects mis en cause ont dû payer des cautions allant jusqu’à 100.000 euros pour rester libres sous contrôle judiciaire.

Un algorithme pour détecter les paiements atypiques. Pour détecter ce genre de situation, le PMU dispose d'un système d’algorithmes qui identifie ce type de paiement atypique. "Tous les paris et les niveaux de gains sont analysés en temps réel", souligne un porte-parole. En cas de doute, les responsables peuvent faire procéder à des contrôles sur place ou transmettre un signalement à Tracfin. Et pour limiter les risques, dès samedi, le plafond des gains payable en liquide passera de 3.000 à 2.000 euros maximum.