Perpignan : Benitez "était en larmes"

  • A
  • A
Perpignan : Benitez "était en larmes"
@ Capture YouTube
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Le beau-frère de Francisco Benitez revient sur le suicide du père des disparues. 

L'INFO. L'affaire des disparues de Perpignan se complique. La mère et la fille n'ont pas donné signe de vie depuis le 14 juillet. Le père de famille, Francisco Benitez, a été retrouvé pendu lundi matin. Avant de mettre fin à ses jours, cet ancien légionnaire n'a eu de cesse de clamer son innocence, dans une vidéo et dans un dernier courriel, en réponse à la rumeur qui en faisait un "présumé coupable" idéal.

 >> Eric Barbet, le frère et oncle des disparues, avait vu le père de famille dimanche. Pour lui, Francisco Benitez n'aurait pas supporté les soupçons qui pesaient sur lui. Il témoigne mardi au micro d'Europe 1.

"Une personne totalement détruite". "Je lui ai clairement posé la question (de savoir) s'il avait fait une bêtise. Il m'a confirmé, il m'a juré que jamais il n'aurait fait du mal à sa famille", confie Eric Barbet.  "Il m'a dit : 'jamais je n'aurais fait du mal à ma fille'", poursuit-il. "J'ai vu une personne en larmes, j'ai vu une personne totalement détruite. A un moment il me disait : 'prends soin d'Allison et de Roxanne (son autre fille), je crois que je vais faire une bêtise. J'ai plus rien à perdre, maintenant j'ai un honneur'", explique le frère et oncle des deux disparues.

"J'ai vu une personne en larmes,une personne totalement détruite" :



Disparues de Perpignan : "il faut qu'elles se...par Europe1fr

"Il faut qu'elle se manifeste".  Pour Eric Barbet, le geste de son beau-frère n'est pas un aveu : "Il avait un espoir. Mais il était tellement harcelé quand il voyait les commentaires, cela prenait le dessus. Il ne savait plus vers qui se tourner, il ne savait plus comment faire. Pour moi c'est vraiment un geste de désespoir", assure-t-il. L'homme espère toujours retrouver sa sœur et sa nièce vivantes : "je pense que ma sœur est quelque part, qu'elle a fui le domicile suite à une colère. Vu l'ampleur de la situation, elle ne sait plus comment faire surface. Il faut qu'elle se manifeste. Que l'on sache au moins qu'elles vont bien", lance-t-il.