Paris : un cheminot meurt percuté par un train près de la gare Saint-Lazare

  • A
  • A
Paris : un cheminot meurt percuté par un train près de la gare Saint-Lazare
Le corps de la victime a été retrouvé sur le bord des voies ferrées mercredi soir, ont indiqué les pompiers de Paris. Image d'illustration. @ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Ce cheminot, mort mercredi soir, était un agent de signalisation et un responsable de travaux de 55 ans, a précisé jeudi la SNCF.

Un cheminot de la SNCF en service est mort accidentellement, "heurté par un train", mercredi soir près de la gare Saint-Lazare à Paris, a-t-on appris jeudi auprès de la direction du groupe ferroviaire.

Un agent de signalisation de 55 ans. Ce cheminot "de 55 ans, agent de signalisation et responsable de travaux", a été "heurté par un train, hier (mercredi) soir, en début de service, un peu après 22h30", a déclaré un porte-parole de la SNCF, sans pouvoir fournir davantage de précisions sur les circonstances du décès.

Mort "à la suite d'un choc avec un Transilien". Selon les pompiers de Paris, qui sont intervenus mercredi soir, le corps de la victime a été retrouvé sur le bord des voies ferrées. Le cheminot "est décédé à la suite d'un choc avec un train Transilien de la ligne J", a précisé un porte-parole des pompiers. La circulation des trains a été en partie perturbée mercredi soir après le drame.

Deux autres morts dans les Hautes-Pyrénées. La mort de ce cheminot survient après le décès dans la nuit de mardi à mercredi de deux ouvriers d'une entreprise sous-traitante de la SNCF, qui effectuaient des travaux sur une voie ferrée dans les Hautes-Pyrénées. Deux autres ouvriers avaient été grièvement blessés dans une collision entre des engins de chantier à Péré, entre Montréjeau et Tarbes.

Conditions de travail "de plus en plus précaires", dénonce un syndicat. La CGT-Cheminots "dénonce les conditions de plus en plus précaires du travail, notamment en région parisienne", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général du premier syndicat de la SNCF. "Le risque ferroviaire" a été "négligé ces dernières années pour cause de productivité", a déploré Laurent Brun.