Paris : dans les coulisses de la vidéo-verbalisation

  • A
  • A
Paris : dans les coulisses de la vidéo-verbalisation
Les policiers de la préfecture de police de Paris surveillent le trafic grace à un système de vidéo-surveillance. @ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

Feu rouge grillé, stationnement sur les couloirs de bus, tout est scruté par l’unité de vidéo-verbalisation de la préfecture de police de Paris.

REPORTAGE

Expérimenté depuis deux ans à Paris, le dispositif a été élargi lundi à 48 grands axes et huit carrefours de la capitale. La préfecture de police a mis en place un système de vidéo-surveillance permettant de dresser des procès-verbaux avec davantage de fiabilité.  Feu rouge grillé, stationnement sur les couloirs de bus, tout est scruté par l’unité de vidéo-verbalisation. Et les PV sont établis à distance par les opérateurs de la brigade qui travaillent dans les locaux de la préfecture de police.

>> Europe 1 s'est glissé dans la salle de surveillance où opère l’unité de vidéo-verbalisation.

"Un véhicule qui franchit sans vergogne ce feu rouge". C’est un bruit peu commun qui résonne au 4e sous-sol de la préfecture de police. Pas celui d’un pistolet mais d’un joystick. L'arme fatale des policiers qui vidéo-verbalisent. Toute la journée, l'équipe du lieutenant Berga scrute les centaines de caméras qui filment les grands axes parisiens.

Lundi après-midi, place de l’Opéra, le trafic est dense, comme à l’accoutumée.  "Là, le feu passe à l'orange. Les véhicules qui étaient déjà engagés sur le temps de feu précédent ne sont pas verbalisés. Maintenant, mon feu est rouge et alors que mon feu est au rouge fixe, deux secondes plus tard, j'ai un véhicule qui arrive et qui franchit sans vergogne ce feu rouge", décrit l’un des membres de l’unité. Résultat, le chauffeur écopera de quatre points en moins et de 90 euros d'amende. Et son PV lui sera envoyé dans les 15 jours.

64.000 PV l’an dernier. Les caméras peuvent également photographier une plaque d'immatriculation à 200 mètres. Elles peuvent aussi cibler les doubles files qui s'éternisent, mais avec discernement, promet la commissaire Hardy. "Une mère de famille qui s'arrête pour déposer ses enfants, ou une personne qui dépose sa vieille mère devant chez elle, ne seront pas verbalisées. Puisque l'on prend une première image, les fonctionnaires vont revenir dessus dix minutes après. Si la voiture est encore là, elle est verbalisée. Et si elle n’est plus là, elle n’aura pas été verbalisée, l’image est effacée", rassure la commissaire.

L'an dernier, les six policiers de l'unité ont envoyé 64.000 PV. Et sur les cinq recours déposés par les automobilistes, qui ont donc pu obtenir les images de leur infraction, seulement un a abouti. L'objectif a par ailleurs été atteint : fluidifier le trafic sur ces axes, en gagnant 4km/h sur la vitesse moyenne, assure la préfecture.