Pantin : une mère porte plainte pour violences policières

  • A
  • A
Pantin : une mère porte plainte pour violences policières
Un altercation entre jeunes et policiers à Pantin, en Seine-Saint-Denis, le 26 décembre 2015.@ Capture YouTube
Partagez sur :

Ses deux fils ont été interpellés samedi après un contrôle d’identité qui a dégénéré. La mère avait tenté de s’interposer.

Elle s’est vue prescrire dix jours d’ITT après s’être opposée à l’interpellation de ses deux fils. Une mère de famille a été blessée au cours d’une opération policière musclée, samedi, à Pantin, en Seine-Saint-Denis. Selon les informations d’Europe 1, elle a porté plainte lundi matin pour violences policières. Ses deux fils, âgés de 15 et 18 ans, suspectés d’outrage à agent, ont été placés en garde à vue samedi, aux côtés de trois autres individus.

La scène a été filmée par une riveraine avant d'être diffusée sur YouTube :

Un contrôle d’identité qui dégénère. L’altercation entre la mère de famille et les policiers est liée à un contrôle d’identité qui a mal tourné. Samedi après-midi, un groupe de jeunes est contrôlé dans ce quartier connu pour trafic de stupéfiants, rapporte Metronews. Le contrôle se déroule sans encombre. Les policiers regagnent alors leur véhicule, lorsque l’un des jeunes contrôlés lâche une insulte à l’encontre des fonctionnaires.

Ces derniers décident d’interpeller l’auteur du juron. La situation dégénère. Le jeune homme, qui s’oppose à son interpellation, est soutenu par ses camarades. "Nous sommes confrontés à des individus toujours plus violents et toujours plus déterminés à ne pas se laisser interpeller. Forcément, cela donne lieu à des interpellations que les policiers gèrent comme ils peuvent", déplore Erwan Guermeur, du syndicat SGP Police 93, interrogé par France 3.

"Ils sont en train de massacrer mon fils". Dans le cas précis, l’interpellation est musclée, ce qui pousse Zahra Kraiker à intervenir, alors que son fils se débat avec les policiers. Sur les images tournées par une riveraine et publiées sur YouTube, on voit la mère de famille s’interposer entre son fils et les forces de l’ordre. "Regardez comment ils frappent. Je sépare mon fils parce qu'ils sont en train de le massacrer. On m'a gazée. On m'a mise au sol. J’ai porté secours à mon enfant", rapporte la mère de famille la gorge nouée.

Transportée à l’hôpital, Zahra Kraiker s’est vu prescrire dix jours d’ITT, notamment en raison d’une entorse au doigt, et de diverses contusions, notamment au dos et au coude.

Des jours d'ITT pour les policiers et les suspects. Ses fils, dont l’un d’entre eux est suspecté d’avoir insulté les policiers, ont été placés en garde à vue samedi. Au total, cinq personnes ont été placées en garde à vue, dont quatre mineurs. Lundi soir, ils ont été déférés "en vue d'une ouverture d'information des chefs d'outrages, rébellion et violences aggravées sur des personnes dépositaires de l'autorité publique". Ils seront présentés mardi à un juge d'instruction à Bobigny, a annoncé le parquet.

Suite à cette rixe, les interpellés présentent des ITT de 1 à 3 jours, tandis que trois policiers présentent des ITT de 2, 6 et 7 jours. Selon la préfecture, juste après ces interpellations mouvementées, samedi soir, le quartier avait été la cible de violences et de dégradations.