Numéros d'urgence : Cazeneuve favorable à un rapprochement entre le 17 et le 18

  • A
  • A
Numéros d'urgence : Cazeneuve favorable à un rapprochement entre le 17 et le 18
Le ministre de l'Intérieur a fait le déplacement au 122e congrès national des sapeurs-pompiers de France. @ AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur a proposé samedi de mener une expérimentation pour mutualiser les moyens des 17 et 18, mais en émettant plusieurs réserves, ne répondant qu'en partie à la demande des pompiers, lors d'un discours devant leur congrès à Agen.

La France s'oriente-t-elle vers un numéro unique pour tous les secours, le 112 ? En tout cas, en visite au congrès national des sapeurs-pompiers, le ministre de l'Intérieur s'est montré partant, samedi, pour expérimenter le rapprochement entre le 17 et le 18. 

Un test en province. Alors que les pompiers ont réclamé, au cours de ce congrès, l'abandon des différents numéros d'appel dédiés aux urgences, au profit du seul 112 afin d'améliorer la qualité des secours et de faire des économies, Bernard Cazeneuve a dit "oui à la mutualisation", mais en prévenant qu'il fallait s'assurer de "l'inter-opérabilité" entre les différents services de secours. "Sans rejeter l'idée, je ne peux pas la prendre entièrement à mon compte sans faire l'inventaire précis des questions techniques que cela pose", a dit le ministre, qui "souhaite une expérimentation hors Paris concernant le 17 et le 18".

Les pompiers volontaires en augmentation. Le ministre s'est par ailleurs félicité que le nombre de pompiers volontaires - qui représentent 80% des pompiers en France - soit reparti à la hausse alors qu'il n'avait cessé de baisser de 2004 à 2014, avec 15.000 pompiers en moins sur dix ans. "Depuis 2004, nous assistions à une érosion continue des volontaires. Pour la première fois depuis plus de dix ans, c'est 1.442 sapeurs pompiers volontaires supplémentaires que vous aurez parmi vous et cela ne doit rien au hasard", a déclaré le ministre.

Pour Bernard Cazeneuve, cela est dû aux 25 mesures du plan pour relancer le volontariat lancé par le président Hollande il y a deux ans. "Sur les 25 engagements, 22 ont été mis en oeuvre ou commencent à l'être", a affirmé le ministre. Il a cité notamment la convention pour aider les volontaires à trouver des logements sociaux près des casernes et les conventions signées avec la SNCF ou l'Éducation nationale, pour faciliter la vie de leurs employés qui sont pompiers volontaires.

Un hommage à leur engagement. Des initiatives seront prises prochainement pour que les volontaires participent mieux à la gouvernance des pompiers dans les Services départemental d'incendie et de secours (Sdis), a-t-il annoncé. Bernard Cazeneuve a dit également aux pompiers "un immense merci pour ce que vous êtes", après avoir salué la mémoire de leurs collègues morts en service ces derniers mois.

Avant lui, Eric Faure, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), avait salué la hausse du nombre de volontaires, mais en notant qu'un "malaise persiste dans nombre" de casernes. "La richesse citoyenne est trop souvent endiguée par une organisation bureaucratique ou un management inadapté", a-t-il jugé. Eric Faure, réélu à la tête de la fédération des pompiers pour trois ans, a aussi salué leur "efficacité" cette année, durant la gestion des attentats, du crash aérien, des inondations et de l'arrivée des réfugiés.