Numéro vert anti-djihad : 1.864 individus signalés

  • A
  • A
Numéro vert anti-djihad : 1.864 individus signalés
@ ALBARAKA NEWS / AFP
Partagez sur :

Cette plateforme, lancée il y a un an, a permis de recenser 1.864 personnes radicalisées, soit plus de la moitié des 3.786 cas signalés aux autorités.

Un an jour pour jour après le lancement du numéro vert anti-djihad, l'heure est au bilan. Cette plateforme, lancée le 29 avril 2014, a permis de recenser 1.864 personnes radicalisées, soit plus de la moitié des 3.786 cas signalés aux autorités, a-t-on appris mardi auprès du ministère de l'Intérieur. La plateforme de signalement au djihad comprend, outre le numéro vert, les signalements dits "de proximité" réalisés par la police, les services sociaux, Pôle Emploi, etc.

Plus de la moitié sont des convertis. Un quart de ces signalements téléphoniques sur le 08.00.00.56.96, numéro mis en place par Bernard Cazeneuve, concernent des mineurs et pour 43% des femmes. Plus de la moitié des cas recensés sur cette "hotline" sont des "convertis ou probablement convertis", a-t-on précisé. Les appels ont également permis de constater 231 départs vers l'étranger.

"Depuis un an, grâce à nos initiatives, près de 1.900 signalements ont été reçus dont un quart concerne des mineurs et - fait notable souvent oublié - plus de 40% de jeunes femmes", a confirmé Manuel Valls mercredi.

125 procédures judiciaires ouvertes. Le Premier ministre Manuel Valls avait par ailleurs affirmé jeudi, trois jours après la révélation de l'attentat présumé de Sid Ahmed Ghlam déjoué fortuitement, que "1.573 Français ou résidents en France (étaient) recensés pour leur implication dans (des) filières terroristes" en Irak et en Syrie.

La ministre de la Justice Christiane Taubira a pour sa part indiqué que 39 enquêtes judiciaires antiterroristes ont été ouvertes depuis le début de l'année et 35 personnes mises en examen. Au total, 125 procédures judiciaires concernant des dossiers terroristes en lien avec la Syrie sont ouvertes en France. Quelque 166 personnes ont été mises en examen dans le cadre de ces procédures et 113 d'entre elles placées en détention provisoire, a détaillé la Chancellerie.

>> LIRE AUSSI - Quel bilan pour le numéro vert "anti-djihad" ?

>> LIRE AUSSI - Antiterrorisme : "un nombre exponentiel d'enquêtes ouvertes"

>> LIRE AUSSI - Plan anti-jihad : un numéro vert activé