Noisy-le-Sec : deux jeunes heurtés par un train, un mort

  • A
  • A
Noisy-le-Sec : deux jeunes heurtés par un train, un mort
@ JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :

Les deux jeunes, de retour de soirée, ont décidé de traverser les voies ferrées à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).

Il était 6h30, dimanche matin. Deux amis, de retour de soirée, ont décidé de traverser les voies ferrées à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), vraisemblablement pour gagner du temps. Ils ont tous les deux été heurtés par un train qui circulait à vive allure. L’un d’entre eux, âgé de 23 ans, est mort. Le pronostic vital de l’autre jeune homme, blessé et qui a été hospitalisé, n'est pas engagé, a assuré la préfecture, qui a par ailleurs affirmé que cet accident n'avait aucun rapport avec l'opération de déminage qui s'est tenue dimanche à proximité du lieu du drame.

Les démineurs mobilisés pour traiter des engins explosifs de la seconde Guerre mondiale, ont neutralisé deux bombes et en ont fait sauter une troisième.  Le périmètre de sécurité mis en place autour du chantier a immédiatement été levé après la destruction de la troisième bombe permettant la reprise du trafic routier et ferroviaire. En fin d'après-midi, les habitants commençaient à regagner leur domicile. Cette cible en mauvais état, identique aux deux premières - des bombes anglaises de 1.000 livres pourvues de charges explosives de 280 kg - est "très détériorée et ne peut pas être transportée" en raison de son instabilité, a indiqué la préfecture.

Durant l'opération, le trafic a été suspendu sur la ligne 5 du métro parisien entre Bobigny Pablo Picasso et Église de Pantin, tout comme sur le tramway ligne 1 entre Bobigny Pablo Picasso et la gare de Noisy-le-Sec, ainsi que la circulation automobile sur un tronçon de la nationale 3. La circulation fluviale sur le canal de l'Ourcq et ses berges ont été interrompues. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) avait également interdit le survol de la zone.