La joggeuse découverte décédée à Nîmes est porteuse de traces diverses "d'arme blanche" et "rien ne peut confirmer l'hypothèse d'une agression sexuelle", a affirmé vendredi la procureure de la République, Laure Beccuau.

>> Joggeuse de Nîmes  : les dernières infos ici

La victime, dont les vêtements étaient en désordre, est porteuse de traces diverses "d'arme blanche, entre autres", a précisé la magistrate au cours d'une conférence de presse à Nîmes. L'autopsie, prévue lundi mais qui a été avancée à vendredi et était toujours en cours, n'a pas permis d'écarter totalement la thèse d'une agression sexuelle, a ajouté Mme Beccuau.