Nice : Moussa Coulibaly exprime sa haine des juifs et des militaires

  • A
  • A
Nice : Moussa Coulibaly exprime sa haine des juifs et des militaires
@ TURKISH PRIME MINISTER'S OFFICE / AFP
Partagez sur :

En garde à vue, Moussa Coulibaly, accusé de l'agression de trois militaires à Nice mardi, a fini par s'exprimer.

Longtemps, Moussa Coulibaly est resté silencieux pendant sa garde à vue. Le jeune homme de 30 ans, qui a agressé mardi trois militaires devant un centre communautaire juif de Nice, a fini par évoquer mercredi sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs. Peu disert, Moussa Coulibaly a aussi déclaré qu'à ses yeux, les musulmans étaient persécutés dans le monde.

>> LIRE AUSSI - Qui est Moussa Coulibaly, l'agresseur des trois militaires de Nice ?

Transféré à Paris jeudi. Interpellé après l'agression qui s'est produite devant le Consistoire israélien de Nice, il a vu sa garde à vue prolongée de 48 heures mercredi. Il a quitté jeudi après-midi sa cellule de garde à vue pour être transféré à Paris. Sa garde à vue peut durer 96 heures dans le cadre de l'enquête ouverte pour tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

Les enquêteurs en savent par ailleurs un peu plus sur le parcours de Moussa Coulibaly. L'homme, qui se serait radicalisé depuis 2011, a été refoulé de Turquie il y a une semaine. Surveillé par les services de renseignement français, il séjournait depuis son retour, le 29 janvier, à l'hôtel Azurea, près de la gare de Nice. Là, les enquêteurs ont notamment retrouvé une prière, écrite de sa main et adressée à Allah.

Il aurait agi de façon isolée. Moussa Coulibaly pourrait avoir agi de manière totalement isolée. Mardi, peu avant l'agression, il avait été contrôlé et verbalisé dans le tramway. Un homme de 43 ans, qui se trouvait alors avec lui, a été placé en garde à vue mardi après-midi, avant d'être remis en liberté mercredi. Une inconnue demeure cependant : Moussa Coulibaly n'a pas révélé s'il savait que les militaires agressés étaient en faction devant le centre communautaire qui abrite, discrètement, dans une cour en retrait de la rue, le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association israélite.

>>LIRE AUSSI - Moussa Coulibaly, "je le connais depuis qu'il est petit"