Neuilly : soupçonné d'avoir tué son fils et laissé le corps se décomposer 18 mois

  • A
  • A
Neuilly : soupçonné d'avoir tué son fils et laissé le corps se décomposer 18 mois
Un corps a été découvert au domicile d'un homme de 65 ans, qui a été identifié comme étant le fils du sexagénaire. @ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

Un corps a été découvert au domicile d'un homme de 65 ans, qui a été identifié comme étant le fils du sexagénaire. 

Un homme de 65 ans, soupçonné d'avoir tué son fils de 14 ans puis laissé son cadavre se décomposer pendant près de 18 mois dans leur appartement de Neuilly, est visé par une information judiciaire ouverte samedi, a-t-on appris du parquet de Nanterre. L'enquête, désormais confiée à un juge, est ouverte pour homicide volontaire sur mineur de quinze ans, a indiqué le parquet de Nanterre, en confirmant une information du Parisien.

"Un corps en état de décomposition". Le cadavre avait été découvert mardi au domicile du sexagénaire à Neuilly, dans les Hauts-de-Seine, par la police, prévenue par un huissier de justice qui venait pour procéder à une expulsion locative. À l'arrivée de ce dernier, le locataire qui accumulait les loyers impayés présentait plusieurs blessures qu'il s'était faites au thorax et à l'abdomen avec un couteau. "Le père de famille nageait dans une mare de sang", avait précisé une source proche de l'enquête. À ses côtés, les policiers avaient découvert un corps "en état de décomposition, allongé sur le sol", avait expliqué cette même source.

Une dispute le soir du Nouvel an. Une autopsie a permis de conforter les premiers soupçons des enquêteurs: le corps a été identifié comme celui du fils, qui avait disparu depuis plusieurs mois. Le sexagénaire a expliqué aux policiers qu'il s'était disputé avec son fils le soir de la Saint-Sylvestre 2015, lorsque ce dernier avait alors 14 ans. Il a toutefois contesté l'avoir tué. Il avait depuis laissé le corps se décomposer dans l'appartement, sans y toucher. Selon Le Parisien, le suspect était veuf depuis le début de l'année 2015. Toujours hospitalisé, son état de santé est "compliqué" et son "pronostic vital réservé", selon une source proche du dossier. Le parquet de Nanterre a demandé la délivrance d'un mandat d'amener, dans le but de le présenter à un juge d'instruction, ainsi que son placement en détention provisoire.