Nancy : soupçonnés à tort de maltraitance sur leur bébé

  • A
  • A
Nancy : soupçonnés à tort de maltraitance sur leur bébé
Photo d'illustration@ AFP
Partagez sur :

Un couple, suspecté de mauvais traitements, s’est vu retirer la garde de leur fillette. En réalité, l’enfant est atteinte d’une maladie rare dont les symptômes ressemblent à des traces de coups.

Les apparences sont parfois trompeuses. Un couple de Saint-Max, dans la banlieue de Nancy en Meurthe-et-Moselle, a été soupçonné, à tort, de maltraitance sur leur fillette. En réalité, celle-ci est atteinte d’une maladie génétique très rare dont les symptômes, des rougeurs et gonflements, peuvent ressembler à des ecchymoses. Après trois ans de bataille pour faire entendre la vérité et tenter de récupérer leur petite Louna dont ils ont été séparés, les parents ont été relaxés par le tribunal correctionnel, rapporte jeudi L’Est Républicain.

Un signalement pour maltraitance. L’affaire remonte au 2 février 2012. Leur petite fille, alors âgée de trois mois, montre quelques signes inquiétants. Ses parents, Yoan et Sabrina, décident de l’emmener à l’hôpital Brabois, à Nancy. Là, le visage de la petite se couvre d’un "méga hématome" se souvient le père, tandis que d’autres rougeurs apparaissent sur le reste du corps. La mère de Louna explique très vite qu’elle est elle-même atteinte de cette maladie génétique, un angiœdème héréditaire. "Mais on ne m’a pas écouté à l’hôpital", témoigne-t-elle. Faisant fi de ses explications, le personnel médical transmet un signalement pour maltraitance.


Accusés à tort de violences sur leur bébé : "Il...par Europe1fr

Mis en examen et séparés de leur enfant. Les deux parents sont alors placés en garde à vue puis mis en examen par un juge d’instruction. Les policiers ne croient pas à la piste de la maladie. D’autant que deux médecins experts livrent un rapport appuyant la thèse de la maltraitance. Afin d’être protégée de ce que l’on suppose être de mauvais traitements, la petite fille est immédiatement placée. Commencent alors trois années et demi cauchemardesques pour les parents : ils ne peuvent voir leur petite fille que deux heures par semaine dans une structure de médiation. Les sorties autorisées sont très rares, uniquement le mercredi.

Enfin innocentés. Lors de l'une de ces gardes, les parents font faire une prise de sang à leur fille afin de le faire analyser. C’est grâce au diagnostic d’une spécialiste qu’ils sollicitent que les parents ont pu être relaxés par le tribunal correctionnel de Nancy. Ce médecin pédiatre, qui exerce au centre de référence national des angiœdèmes basé au CHU de Grenoble, a pu établir que la petite fille avait en fait été victime d’une crise d’œdèmes liée à une infection.

Mais l’histoire n’est pas encore finie pour ce couple : leur petite Louna n'est toujours pas rentrée à la maison. Cela prendra du temps, car il faut reconstruire toute une famille, avec un frère et une sœur qu'elle connaît à peine. En attendant, les parents vont porter plainte contre l'hôpital et contre les services sociaux de Meurthe-et-Moselle.