Mulhouse : tué pour une partie de foot bruyante
© Europe1/Frédéric Michel

Un jeune âge de 18 ans a été tué mercredi après une partie de football qui a dégénéré.

L’INFO. Une altercation consécutive à une partie de football au pied d'un immeuble a pris un tour dramatique mercredi à Cernay, près de Mulhouse. Nabil B., un jeune homme de 18 ans, est mort après avoir touché d'un ou plusieurs coups de couteau. L’auteur présumé des faits, un homme âgé de 32 ans, a été rapidement interpellé et placé en garde à vue.

Une partie de foot qui dégénère. Tout a commencé dimanche dernier. Ce jour-là, un groupe de jeunes joue au football dans la rue, dans le quartier de Bel-Air, à Cernay. Tout se passe sans problème jusqu’à ce que le ballon heurte malencontreusement la fenêtre d’un appartement. Les jeunes sportifs s’excusent alors auprès de la propriétaire des lieux mais son mari ne l’entend pas de cette oreille et décide de s’expliquer directement avec ces jeunes. S’ensuit alors un échange houleux au cours duquel des coups auraient été échangés, selon les informations recueillies par Europe 1.

Une agression. Les jours suivants, la tension serait montée d'un cran. Selon un proche de la victime, le trentenaire, qui habitait le quartier de Cernay depuis deux ans, serait parti à la recherche de l’un des jeunes avec lesquels il s’était battu. Du côté la gendarmerie, on se montre extrêmement prudent quant au déroulement exact des faits. Une chose est sûre, le trentenaire, qui était accompagné de deux de ses quatre enfants, a recroisé la route de Nabil B., mercredi en milieu d'après-midi. Touché à la poitrine par un ou plusieurs coups de couteau, le jeune homme s'est écroulé. En arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée des pompiers, il a succombé peu après au centre hospitalier de Mulhouse. Son frère a lui été légèrement touché au bras et a été hospitalisé.

La stupeur. Connu du milieu sportif local, le jeune homme décédé était le gardien de but du Sporting Club de Cernay. Il est décrit par les riverains comme quelqu’un de "très sympathique".  Dans le quartier de Bel Air, ce drame suscite l’indignation de la population. Signe de la tension engendrée par cette affaire, deux voitures, dont celle de l'auteur présumé des faits, ont brûlé dans ce quartier habituellement calme.