Ado percutée par un train dans le Calvados : la SNCF mise en examen

  • A
  • A
Ado percutée par un train dans le Calvados : la SNCF mise en examen
@ AFP
Partagez sur :

La SNCF a été mise en examen pour homicide involontaire, après la mort d'une adolescente percutée par un train dans le Calvados en juillet 2010.

La SNCF a été mise en examen pour homicide involontaire, après la mort d'une adolescente percutée par un train dans le Calvados en juillet 2010 alors qu'elle traversait les voies sur un passage aménagé, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Des mises en examen datant du 5 juin. Ces mises en examen datent du 5 juin, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la SNCF, confirmant une information de RTL, et visent Réseau ferré de France (RFF) et la SNCF, devenus en janvier dernier SNCF Réseau et SNCF Mobilités. Ce porte-parole a ajouté que la Cour d'appel a demandé "il y a quelques jours" un supplément d'instruction, à l'issue duquel un renvoi devant le tribunal pourra éventuellement être décidé. Une information judiciaire avait été ouverte en décembre 2010, et la juge d'instruction avait dans un premier temps, début 2015, rendu une ordonnance de non lieu.

"Une avancée" pour la mère de la victime. "Nous avons contesté ce non lieu, la chambre d'instruction de la cour d'appel a infirmé cette ordonnance de non lieu et sollicité la mise en examen de RFF et SNCF", a détaillé Me Gabriel Sibout, avocat de la mère de la victime, ajoutant que "la juge d'instruction a signifié ces mises en examen à la SNCF et à RFF". "Mais il n'y a pas encore eu d'arrêt de renvoi devant le tribunal. Je ne tire pas de plan sur la comète. Pour la mère de la victime que je représente, c'est néanmoins une avancée", a-t-il continué.

Ce qui s'est passé. Le 2 juillet 2010, une jeune fille de 17 ans, qui descendait d'un train avec son vélo en gare d'Audrieu, à 20 kilomètres à l'ouest de Caen, a été percutée par un train qui passait en gare alors qu'elle traversait la voie ferrée en milieu de journée sur un passage aménagé, marqué au sol par des planches de bois. Le train dont l'adolescente venait de descendre était reparti, masquant semble-t-il celui qui arrivait. La mère de la jeune fille avait porté plainte quelques jours plus tard contre la SNCF, pour "homicide involontaire".