Le djihadiste Maxime Hauchard disait faire de l'humanitaire

  • A
  • A
Le djihadiste Maxime Hauchard disait faire de l'humanitaire
@ Capture d'écran
Partagez sur :

DJIHAD - Le combattant français de l'EI a eu un contact très récent avec les siens. Il leur avait fait croire qu'il faisait de l'humanitaire.

Il est l'un des deux Français qui ont été identifiés dans la dernière vidéo de l'organisation Etat islamique lundi, sur laquelle on peut voir l'otage américain Peter Kassig et 18 soldats syriens se faire décapiter. Maxime Hauchard, 22 ans, originaire de Normandie, s'était converti à 17 ans à l'islam radical, avant de s'envoler vers la Syrie, en août 2013, pour rejoindre les rangs de l'organisation Etat islamique. Il avait fait croire à sa famille qu'il faisait de l'humanitaire.

>> LIRE AUSSI - Qui est Maxime Hauchard, suspecté d'être un des bourreaux de l'EI ?

Un dernier contact avec sa grand-mère. Le dernier contact de Maxime Hauchard avec sa famille remonte à quelques jours seulement. Il a appelé sa grand-mère, qui vit en maison de retraite en Normandie, pour lui souhaiter un bon anniversaire. Le jeune homme s'est voulu rassurant. Il lui a assuré qu'il allait bien, qu'elle ne devait pas s'inquiéter. Selon ses propres mots, il dit vivre "sous terre" pour se protéger des affrontements. Comme il sait sa grand-mère fragile, il lui a demandé de ne pas regarder la télévision. 

Instituteur pour les enfants de Syrie. Avant de prendre l'avion en août 2013, Maxime Hauchard avait expliqué à sa famille qu'il partait faire de l'humanitaire. Ses parents croyaient encore à cette version il y a quelques mois. Ils racontaient autour d'eux que leur fils allait bien et qu'il était devenu maître d'école pour des enfants syriens. 

"Maxime, je l'ai connu tout petit et c'est un gamin qui n'a jamais été méchant", explique Pascal, l'oncle de Maxime, interrogé par Europe 1. "Il a toujours été avec ses parents, toujours bien. Il avait son petit monde, sa vie de famille. On n'a jamais eu un problème avec lui". Au sujet de l’engagement de son neveu dans les rangs de l'organisation Etat Islamique, il dit trouver ça "bizarre".

>> LIRE AUSSI - Etat Islamique : que sait-on de l'enquête sur les deux suspects français ?