Marseille : un deuxième homme tué par balles en 24h

  • A
  • A
Marseille : un deuxième homme tué par balles en 24h
Photo d'illustration
Partagez sur :

Un homme, connu des services de police, a été tué par balles samedi soir dans le centre-ville de Marseille après une discussion qui a dégénéré, a-t-on appris de source judiciaire. C'est le deuxième individu tué en 24 heures dans la cité phocéenne. 

Un homme, bien connu des services de police, a été tué par balles, samedi soir, au cœur de Marseille. Une discussion qui aurait mal tournée serait à l'origine de la fusillade. Il s'agit du deuxième homicide par balles en moins de 24 heures, dans la ville. 

D'après les premiers témoignages, lors d'une discussion assez vive entre deux, voire trois personnes, l'une d'entre elles a sorti une arme et tiré à plusieurs reprises sur la victime, dans un quartier bourgeois du 4e arrondissement de Marseille. Le ou les auteurs, semble-t-il à bord d'un scooter, ont agi à visage découvert.

Une victime connue des services de police. La victime était "assez connue" des services de police avec "pas mal de mentions" à son casier judiciaire, mais n'était "pas forcément connue pour des stupéfiants", a indiqué la source judiciaire. Si l'hypothèse du règlement de comptes n'est pas exclue, elle n'est pas à ce stade privilégiée. Selon les critères de la police et de la justice, un règlement de comptes suppose un homicide avec préméditation selon un mode opératoire qui relève du guet-apens, avec un mobile lié au trafic de stupéfiants ou au banditisme.

Un individu tué la veille. Dans la nuit de vendredi à samedi, un homme avait déjà été blessé par balles cité des Bleuets, dans les quartiers Nord de Marseille. Il est décédé peu après à l'hôpital où il avait été amené. Sur les lieux, les enquêteurs ont trouvé des étuis de calibre 9 mm. Ils cherchent à retrouver la personne qui a accompagné la victime à l'hôpital, mais "personne ne se presse comme témoin", a expliqué une source judiciaire. L'individu était connu des services de police, mais n'était pas un "gros profil".