Marseille : deux jeunes hommes écroués dans le cadre d'un règlement de comptes

  • A
  • A
Marseille : deux jeunes hommes écroués dans le cadre d'un règlement de comptes
L'arme utilisée était de type kalachnikov. Un témoin avait évoqué la présence de trois hommes dont un tireur.@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Les deux hommes, âgés de 25 et 28 ans, sont poursuivis pour "assassinat en bande organisée", a précisé le procureur de la République de Marseille.

Deux hommes ont été mis en examen et écroués vendredi à Marseille, soupçonnés d'avoir été impliqués dans un règlement de comptes qui avait coûté la vie à un jeune de 21 ans en mars, a-t-on appris samedi auprès du procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux.

Un jeune tué par balle. Les deux hommes, âgés de 25 et 28 ans, sont poursuivis pour "assassinat en bande organisée", a précisé Xavier Tarabeux. Le 18 mars, un jeune sorti de prison deux mois plus tôt a été tué par balle dans les quartiers nord de Marseille. L'arme utilisée était de type kalachnikov. Un témoin avait évoqué la présence de trois hommes dont un tireur.

Lutte de territoire dans le cadre du trafic de drogue. Le procureur de la République, qui s'était alors rendu sur place dans la cité des Lauriers (13ème arrondissement), avait expliqué que ce crime était lié à une lutte de territoire dans le cadre du trafic de drogue qui s'y déroule. La cité des Lauriers est un des hauts lieux du trafic de stupéfiants à Marseille, considérée comme le fief du clan dit des "Blacks", engagé dans une lutte sanglante avec des gangs rivaux pour le contrôle du marché de la drogue. Cette cité avait pourtant vu chuter le trafic depuis une importante opération menée en mai 2015 par les forces de l'ordre, selon les autorités policières.

15ème homicide volontaire élucidé de l'année. Le coup de filet de vendredi constitue, "pour la direction interrégionale de la police judiciaire, (...) le 15ème homicide volontaire élucidé de l'année", selon Xavier Tarabeux. Onze de ces 15 homicides ont eu lieu à Marseille et sept sont des règlements de compte, a précisé le magistrat.