Manifestation loi Travail : l'IGPN saisie après la vidéo d'un policier frappant un jeune

  • A
  • A
Manifestation loi Travail : l'IGPN saisie après la vidéo d'un policier frappant un jeune
La vidéo choc montrant un policier frappant un jeune dans le contexte de la manifestation contre la loi travail. @ Capture Youtube
Partagez sur :

La "police des polices" a ouvert une enquête jeudi après la diffusion d'une vidéo montrant un policier frappant un jeune. Bernard Cazeneuve s'est dit "choqué".

L'inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", a ouvert une enquête jeudi, jour de manifestation contre le projet de loi travail, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant un policier frappant un jeune, a-t-on appris auprès de la préfecture de police de Paris.

Un coup de poing violent. La vidéo montre un jeune homme à terre, relevé par un policier qui crie "lève toi !". Alors qu'il est en train de se relever, tenu par deux policiers, un des fonctionnaires lui assène un coup de poing violent. La vidéo aurait été tournée jeudi matin devant le lycée parisien Henri-Bergson, dans le 19e arrondissement de Paris, selon des étudiants. Le policier qui assène le coup est en poste au commissariat de cet arrondissement de la capitale. 

Le lycéen témoigne. Le jeune homme qui a reçu le coup de poing a pu être contacté via Twitter par Francetvinfo. Il raconte le déroulé des événements : "On lançait des œufs et de la farine, et ensuite, les policiers se sont mis à nous courir après. Je me suis fait arrêter à quelques centaines de mètres de l'entrée, et un policier m'a attrapé, avant de me frapper avec son collègue. Le jeune homme est en classe de seconde au lycée Bergson. Il se plaint d'avoir "mal au nez" et craint qu'il ne soit cassé. "Ils m'ont mis les menottes et m'ont dit que ce n'était pas fini, que je verrai au commissariat", poursuit-il. Il a ensuite été pris en charge par un policier plus "gentil", et relâché. 

Une double enquête administrative et judiciaire. Selon les informations d'Europe 1, l'incident fait l'objet d'une double enquête administrative et judiciaire. L'IGPN a été saisi en interne par le préfet de police mais aussi aussi par le procureur de la République.

Les politiques réagissent. Ces images "sont choquantes" et "m'ont choqué", a déclaré Bernard Cazeneuve à Bruxelles, où il assistait à une réunion des ministres de l'Intérieur et de la Justice des pays de l'Union européenne à la suite des attentats de mardi. "Aucune violence, d'où qu'elle vienne, ne peut être tolérée", a ajouté le ministre de l'Intérieur. La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a déploré sur Twitter "une violence choquante". Interrogée sur iTELE, la ministre du Travail Myriam El Khomri a quant à elle évoqué "un comportement policier inadapté en direction d'un jeune lycéen".



La manifestation contre la loi travail dégénère. Jeudi après-midi, la manifestation des lycéens et étudiants contre le projet de loi travail a dégénéré à Paris, avec deux voitures incendiées et 15 personnes interpellées en marge du cortège, selon une source policière. Deux policiers ont également été blessés.