M’Vila accuse deux prostituées de vol

  • A
  • A
M’Vila accuse deux prostituées de vol
Le footballeur a porté plainte contre deux prostituées Nîmoises qu'il accuse de vol après un match de l'équipe de France en août dernier.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le footballeur affirme avoir été dévalisé après un match. Le jugement a été mis en délibéré.

Footballeurs et prostituées ne font décidément pas bon ménage. Après l'affaire Zahia qui avait éclaboussé l'équipe de France à quelques mois du Mondial 2010, c'est au tour de l'international Yann M'Vila d'être au coeur d'une sombre histoire. Le milieu de terrain du Stade Rennais accuse deux prostituées de luxe de l'avoir détroussé de 13.000 euros. Huit mois de prison dont cinq avec sursis ont été requis par le tribunal correctionnel de Montpellier contre les deux femmes.

Les faits remontent au 10 août dernier. Après le match France-Chili disputé au stade de la Mosson à Montpellier, Yann M'Vila et l'un de ses amis ont fait la connaissance de deux Nîmoises, l'une de 22 ans et l'autre de 25 ans, dans une boîte de nuit et ont convenu avec elles de relations sexuelles tarifées dans un hôtel de la ville.

Deux montres, des ordinateurs et des portables volés

Le lendemain matin, Yann M’Vila et son ami ont constaté qu'ils avaient été dévalisés. Deux montres, dont une d'une valeur de 13.000 euros, des ordinateurs ainsi que des téléphones portables ont été volés. Les deux hommes ont immédiatement porté plainte. "Que les choses soient claires, ils n'ont jamais pensé que ces deux jeunes femmes étaient des prostituées. M'Vila est bon père de famille, il a deux enfants, pas le genre à finir ses nuits dans des discothèques", a affirmé l'avocat des deux hommes, Thierry Fillion

Selon les déclarations de prévenues, les relations ne seraient pas bien passées. Réfutant être des prostituées professionnelles, elles affirment qu’une somme de 5.000 euros leur aurait été promise par le joueur et son ami. Le comportement des deux hommes auraient alors ulcéré les jeunes femmes qui se seraient finalement vengées en les dévalisant.

"Nous ne sommes ni des prostituées de luxe, ni des putes occasionnelles", ont-elles clamé mardi à l'audience, soulignant avoir refusé les 5.000 euros proposés "pour coucher" et ajoutant que "ça s'était mal passé", sans donner plus de précisions. Un peu plus tard, "nous sommes rentrées dans la chambre de M'Vila qui dormait. C'était pour nous venger, pas prémédité", ont-elles fait valoir, assurant avoir découvert plus tard que l'homme était un footballeur connu.

M'Vila réclame un euro de dommages et intérêts

Yann M'Vila, qui était absent du procès, se défend d'avoir pris les jeunes femmes pour des prostituées, selon une information de la Dépêche du midi. Il réclame un euro de dommage et intérêts. Le jugement a été mis en délibéré au 27 mars.