Lutte antiterroriste : deux interpellations dans les Alpes

  • A
  • A
Lutte antiterroriste : deux interpellations dans les Alpes
(Photo d'illustration)@ DGPN-SICOP
Partagez sur :

Un homme lié à Al-Qaïda a été arrêté près d'Annecy jeudi dernier. Un second, qui s’apprêtait à violer une interdiction de sortie de territoire pour gagner la Syrie a été interpellé en début de semaine à la frontière Suisse.

L'un voulait entrer France malgré une interdiction de territoire, l'autre a voulu en sortir, bien que frappé d'une interdiction de quitter le pays. Deux hommes connus pour leurs accointances djihadistes ont été interpellés, chacun de leur côté et à quelques jours d'intervalle, dans les Alpes françaises cette semaine. Deux individus au profil bien différent : l'un, déjà condamné, est bien connu des services et des instances antiterroristes. L'autre fait plus figure d'apprenti djihadiste.

Un homme lié à Al-Qaïda, fiché par l'ONU. Le premier de ces suspects a été arrêté jeudi par la police aux frontières (PAF), au péage de Saint-Martin-d’Arc, près d'Annecy, en Savoie. L'homme est un Marocain, déjà condamné en Italie à 7 ans de prison pour avoir monté une filière de recrutement vers les camps d'entrainement d'Al-Qaïda en Afghanistan et en Irak. Depuis près de 10 ans, cet individu figure sur la liste des terroristes émise par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Cela fait également presque 10 ans qu'il est interdit de territoire en France, en Allemagne et en Suisse. L'homme dispose en revanche d'un titre de séjour valable en Italie, pays vers lequel il a d'ailleurs été expulsé samedi, selon les informations d'Europe 1. 

Pourquoi voulait-il gagner la France ? Au moment de son arrestation, cet homme lié à Al-Qaïda voyageait en covoiturage. Un trajet organisé par le biais d'un site Internet bien connu. Les enquêteurs n'ont trouvé aucun élément compromettant dans le véhicule, ni sur le suspect lui-même, qui a été placé en garde à vue. Les policiers continuent de l'interroger sur les raisons qui l'ont amené à vouloir franchir les Alpes pour se rendre en France. Selon les informations d'Europe 1, ce Marocain a indiqué aux enquêteurs vouloir rejoindre une amie, à Villeurbanne. 

Un jeune de 21 ans, interpellé à son retour d'Arabie Saoudite. L'autre islamiste radical interpellé cette semaine habite en Haute-Savoie. Il s'agit d'un étudiant de 21 ans, qui suit un cursus de BTS en comptabilité. Sa radicalisation avait été signalée en septembre 2014 à la gendarmerie du Doubs. Le jeune homme s'est notamment fait remarquer en approuvant publiquement, lors d'un cours, les attentats du mois de janvier à Paris. Selon ses dires, il ambitionnait aussi de mener le djihad en Syrie. D'après le ministère de l'Intérieur, il faisait l'objet depuis un an d'une "surveillance attentive" et d'une interdiction de sortie du territoire.

Cependant, mi-septembre, il avait réussi à récupérer son passeport caché par ses parents. Après avoir rejoint Genève, il s'était envolé pour pèlerinage de La Mecque. Une fois arrivé en Arabie Saoudite, il avait averti ses proches qu'il ne rentrerait pas en France et qu'il profiterait de l'escale d'Istanbul pour rejoindre la Syrie. Mais l'organisateur du voyage ne lui a finalement pas rendu son passeport et le jeune homme n'a pas pu débarquer. A son arrivée en France, il a été interpellé et condamné jeudi à huit mois de prison, dont deux ferme.