Lille : plusieurs voitures incendiées dans le quartier où un TER a percuté quatre jeunes

  • A
  • A
Lille : plusieurs voitures incendiées dans le quartier où un TER a percuté quatre jeunes
Samedi soir, les incendies de cinq véhicules ont été rapidement circonscrits. Image d'illustration. @ FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :

"Les incendies ont été rapidement circonscrits et il y a eu une interpellation", a précisé un porte-parole de la préfecture du Nord. 

Une vingtaine de jeunes ont commis des dégradations et incendié cinq voitures samedi soir dans le quartier Saint-Maurice Pellevoisin à Lille, à proximité de l'accident de train qui a causé la mort d'un jeune, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Une interpellation. Samedi soir, autour de 23 heures, "une vingtaine de jeunes, très mobiles, ont manifesté, il y a eu des dégradations, des feux de poubelles et cinq véhicules incendiés", a indiqué dimanche une porte-parole de la préfecture du Nord. "Les incendies ont été rapidement circonscrits et il y a eu une interpellation", a-t-elle ajouté.

Deux blessés graves. D'après la préfecture du Nord et selon les premiers éléments de l'enquête, vendredi soir, quatre jeunes auraient escaladé une grille pour prendre un raccourci et auraient ensuite marché sur les voies ferrées. Ils ont été percutés par un TER  reliant Lille à Dunkerque, à un peu plus d'un kilomètre de la gare de Lille-Flandres, non loin de la station de métro Caulier, dans cette partie populaire du quartier Saint-Maurice Pellevoisin. Un jeune de vingt ans est mort samedi après-midi, un autre de 18 ans est dans un état critique, un troisième a été blessé gravement sans que ses jours ne soient en danger. Le quatrième blessé a pu lui regagner son domicile samedi, selon le Samu de Lille.

Enquête ouverte. Une enquête pour déterminer les causes de l'accident a été ouverte par le parquet de Lille, selon la préfecture. "Après le terrible accident survenu (...) à Lille, toutes mes pensées vont aux victimes ainsi qu'à leurs familles. Plus tard viendra le temps de l'enquête pour comprendre comment un tel drame a pu arriver", a écrit sur twitter Martine Aubry, maire de la ville.