L'hôpital annonce par erreur à un patient qu'il est atteint d'un cancer

  • A
  • A
L'hôpital annonce par erreur à un patient qu'il est atteint d'un cancer
Le patient a décidé de demander réparation en justice. @ AFP
Partagez sur :

Pendant cinq jours un quadragénaire s'est cru atteint d'un cancer. Il s'agissait en fait d'une erreur de diagnostic.

Victime d'une erreur de diagnostic, un homme de 48 ans a lancé une procédure judiciaire, rapporte mardi Le Républicain Lorrain. Fin novembre, après des examens réalisés à l'hôpital de Metz dans le cadre d'une procédure de by-pass, une chirurgie de l'estomac, le quadragénaire avait reçu des résultats par courrier lui indiquant qu'il souffrait d'un cancer de la vessie ou de la prostate. Mais il s'agissait d'une erreur.

"Quand on lit carcinome, on sait que c'est la cata". "Juste après l’examen, je n’avais pas vu de médecin. Une secrétaire m’a dit que le chirurgien recevrait le compte rendu, qu’on m’en adresserait copie. Je n’ai pas cherché plus loin", explique-t-il au quotidien régional. Dans le courrier qu'il reçoit à son domicile, il voit inscrit le terme "carcinome urothélial". "Je n'y connais rien mais quand on lit carcinome, on sait bien que c’est la cata".

Des journées de doute. Pour s'assurer du diagnostic, il tente de joindre de l'hôpital sans succès. Il se tourne alors vers une amie infirmière qui lui confirme que ce carcinome urothélial correspond bien à un cancer. Le lundi suivant, il se rend également chez son médecin traitant. Celle-ci s'étonne de ces résultats et se dit consternée par la manière dont le patient a reçu la nouvelle, précise le quotidien régional. 

Finalement, près d'une semaine après avoir passé ses examens, le patient est contacté par une secrétaire de l'hôpital qui lui explique qu'il s'agissait en fait d'une erreur de diagnostic. Ses résultats ne présentent aucune anomalie, a-t-elle ajouté. Bien que soulagé de ne pas être malade, le patient a décidé de demander réparation en justice.