L'"herboriste" prétendait combattre le sida : un an de prison avec sursis

  • A
  • A
L'"herboriste" prétendait combattre le sida : un an de prison avec sursis
@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Il avait déjà été condamné en 2011 à un an avec sursis et 15.000 euros d'amende pour exercice illégal de la pharmacie.

Il affirmait pouvoir combattre 80% des maladies, dont le sida, avec des plantes : l'"herboriste" Jean-Pierre Raveneau a été condamné mercredi à un an de prison avec sursis pour "exercice illégal de la pharmacie en récidive". Le tribunal correctionnel de Paris a assorti la condamnation d'une mise à l'épreuve de trois ans.

Le tribunal a également condamné la propriétaire de l'établissement et d'une autre herboristerie parisienne, Nicole Sabardeil, à trois mois de prison avec sursis et 2.000 euros d'amende et sa société Pharma Concept à 50.000 euros d'amende. Un revendeur, Mamadouba Camara, à écopé de 3.000 euros d'amende avec sursis. L'ensemble des prévenus devront en outre verser solidairement 2.000 euros de préjudice moral à l'ordre des pharmaciens qui s'était constitué partie civile.

Loi de 1941. Bien que docteur en pharmacie, Jean-Pierre Raveneau n'était plus inscrit à l'ordre et n'exerçait pas dans une officine. Or, depuis 1941, la loi réserve aux seuls pharmaciens de l'ordre et à leurs officines un quasi-monopole de l'exploitation des plantes médicinales à l'exception de 150 d'entre elles, jugées non-toxiques. Le dernier herboriste diplômé a lui disparu en 2000 à 95 ans.

Déjà condamné en 2011. Jean-Pierre Raveneau, qui officiait dans une célèbre herboristerie parisienne près de la place Clichy, avait déjà été condamné en 2011 à un an avec sursis et 15.000 euros d'amende pour exercice illégal de la pharmacie.

Paludisme ou Sida. Hypertension, virus H1N1, troubles de la prostate, psoriasis, paludisme, fibromes, herpès génital ou constipation extra-forte, Jean-Pierre Raveneau expliquait à ses clients pouvoir combattre 80% des maladies. Un de ses produits, le Viralgic, interdit à la vente en France par une décision de justice de 2011, affirmait même "agir directement sur le virus" du sida "en renforçant les défenses immunitaires pour aider à le combattre".