Les vols à l’étalage augmentent

  • A
  • A
Les vols à l’étalage augmentent
@ MAXPPP
Partagez sur :

Au hit-parade des objets les plus volés : les vêtements, les lames de rasoir et les iPods.

Vêtements, cosmétiques, hi-tech : les vols à l'étalage ont connu une recrudescence dans les magasins français entre la mi-2009 et la mi-2010, révèle une étude publiée mardi.

Les objets volés, généralement de petite taille et onéreux, notamment de marques connues, ont totalisé une valeur de près de 4,7 milliards d'euros, soit 1,36% du chiffre d'affaires des distributeurs, selon cette étude du Centre de recherche dans la distribution.

Les vols du personnel en baisse

Les distributeurs estiment que les comportements indélicats des clients expliquent près de la moitié (47,3%, en hausse de 4%) de "la démarque inconnue" - différence entre les stocks théoriques et réels, résultant de vols mais aussi d'erreurs administratives ou des fournisseurs. Près d'un tiers (30,6%) est attribué aux vols commis par le personnel et 7% aux fournisseurs.

Les vols du personnel sont en diminution. L’étude en déduit donc qu'il faut "continuer à investir en matériel, en hommes, en accessoires, en protections", car ces vols pèsent sur les distributeurs, les industriels et les consommateurs. Il en coûte ainsi en moyenne 200 euros à chaque foyer.

Smartphones et cosmétique

Parmi les produits qui attisent le plus les convoitises, les "smartphones font leur apparition", indique-t-il. Ce sont "des articles électroniques qui coûtent très cher et sont facilement revendables, c'est une cible assez intéressante pour les voleurs".

Au hit-parade des objets les plus volés, on retrouve toujours les vêtements en cuir, les lames de rasoir, les cosmétiques, les CD et DVD, les iPods, les consoles de jeu ou encore les produits alimentaires de prix élevé comme la viande fraîche et les fromages. Toutefois, "les Français ne volent pas pour se nourrir", affirme l’étude.

Une partie des vols provient de clients distraits qui oublient un article dans leur chariot en passant en caisse. Mais "la part majoritaire" relève du "vol professionnel, avec des gens qui se rendent dans le magasin avec l'intention de voler, se renseignent au préalable", se munissent d'outils pour "essayer de déjouer les solutions antivol".