Les secours ne se déplacent pas, il meurt en arrivant à l'hôpital

  • A
  • A
Les secours ne se déplacent pas, il meurt en arrivant à l'hôpital
Samu@ AFP
Partagez sur :

Le frère d'un homme décédé mardi à l'hôpital de Rochefort, près de La Rochelle, en Charente-Maritime, à porté plainte mercredi contre le SAMU et les pompiers.

Y a t-il eu dysfonctionnement des urgences à Rochefort en Charente-Maritime ? Mardi, un homme de 58 ans souffrant de douleurs à la poitrine a appelé les pompiers et le Samu. Mais les secours ne sont jamais venus. L'homme a été accompagné aux urgences par son frère. Immédiatement pris en charge lors de son arrivé aux urgences de Rochefort, le père de famille n'a pas pu être sauvé, il est mort à l'hôpital. Le frère de la victime a porté plainte mercredi contre le Samu et les pompiers à Fouras.

"Ils ne l'ont pas pris au sérieux". Mardi dernier, il est environ 6h30 quand Michel Mesnager appelle les urgences. Il ressent une violente douleur à la poitrine mais aucune équipe de secours ne se déplace. Michel appelle alors son frère, Roger Mesnager, qui raconte à Europe 1 ce qu'ont répondu les urgences à l'appel de son frère.

"Il leur a expliqué qu'il avait mal, qu'il ne pouvait pas conduire. Ils ne l'ont pas pris au sérieux, personne n'est intervenu. On lui a dit que c'était un microbe. Alors mon frère m'a appelé vers 7 heures. Et c'est moi qui l'ai emmené en voiture aux urgences. Là, il a commencé à ne plus respirer", raconte Roger Masnager. Les deux frères arrivent vers 8 heures à l'hôpital où Michel Mesnager est immédiatement pris en charge. Il va décéder un quart d'heure plus tard.

"Il faut que l'on interroge les médecins". Le groupe hospitalier de la Rochelle nous a confirmé qu'aucun moyen de secours n'avait été engagé suite au coup de fil de la victime. Dans un communiqué, il rappelle la difficulté d'évaluer l'état de santé des patients. Le groupe hospitalier se tient à la disposition de la justice car Roger Mesnager a déclaré avoir porté plainte pour "que ça ne se reproduise plus".

Une enquête est en cours. La gendarmerie de Fouras a réquisitionné les enregistrements des conversations entre le patient, le Samu et les pompiers. "Ce qu'il faut qu'on regarde ce sont les interventions du médecin régulateur et ce qu'il s'est passé. Il faut que l'on écoute les bandes et qu'on interroge les médecins. Je regardais les chiffres et je tenais à préciser que nous avons 152.000 appels par an au Samu", a déclaré Alain Michel, le directeur de l'hôpital de La Rochelle, interrogé par France 3.