Les méthodes surprenantes de l'ancien patron des stups

  • A
  • A
Les méthodes surprenantes de l'ancien patron des stups
Image d'illustration.@ GUILLERMO LEGARIA / AFP
Partagez sur :

Libération révèle lundi que l'ancien patron des stups aurait facilité le travail d'un indic.

Un nouveau "grand flic" va-t-il être mis en cause pour des relations troubles avec ses indics ? L'ancien patron des stups, François Thierry, est accusé d'une proximité trop grande avec un indic, le plus gros importateur de cannabis en France. L'importation en France de plusieurs dizaines de tonnes de drogue aurait même été facilitée par l'ancien patron de l'office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants, selon des informations publiées par Libération.

7 tonnes de cannabis en plein Paris. La découverte, l'année dernière, de sept tonnes de cannabis dans des fourgonnettes en plein Paris avait éveillé la curiosité des enquêteurs. Rapidement, le principal suspect était identifié. Appelé Sofiane, l'homme est un indic du patron de l'office des stups, François Thierry. Ce trafiquant de grande ampleur, qui vit à quelques mètres de là dans un splendide appartement de 300 mètres carrés avec piscine, disposerait par ailleurs d'une fortune qui dépasserait les dix millions d'euros.

Faciliter le trafic de Sofiane. Selon certaines sources, Sofiane a permis aux enquêteurs de dénouer de grosses affaires, mais selon Libération, l'homme en aurait aussi profité pour développer son business avec la bénédiction du patron des stups qui l'avait recruté quelques années plus tôt et dont l'épouse a même été, quelques temps, l'avocate. Libération révèle par ailleurs le témoignage d'un autre homme, Stéphane, 52 ans, qui aurait été mandaté par François Thierry pour garder, il y a quatre ans, une maison dans le sud de l'Espagne. Durant cette période, cinq policiers auraient passé trois semaines à décharger des cargaisons de cannabis venues du Maroc en bateau pneumatique. 19 tonnes auraient été importées et une partie de la drogue interceptée sur le chemin du retour, permettant l'arrestation de quelques trafiquants. Le reste serait passé librement. Selon Libération, le reste de la drogue aurait servi à nourrir les affaires de Sofiane et d'éliminer ses rivaux.

Ces accusations sont toutefois à prendre avec prudence. Jouer sur la concurrence est une habitude dans le milieu de la drogue. A ce niveau, certains estiment cependant que François Thierry est dans la complicité. Mais, dans ce milieu tout est gris avec des rivalités de services entre la police et les douanes, des intérêts personnels des voyous jamais très loin et même le policier infiltré estime que l'Etat lui doit de l'argent.