Les braqueurs arrêtés pour une voiture mal garée

  • A
  • A
Les braqueurs arrêtés pour une voiture mal garée
Trois braqueurs ont été pris la main dans le sac à cause de leur voiture mal garée.@ MAXPPP
Partagez sur :

Ils surveillaient un DAB dans les Yvelines. Les trois hommes ont été mis en examen.

Ils filmaient les distributeurs automatiques de billets (DAB) pour préparer leurs braquages. Trois malfaiteurs ont été interpellés le 8 juillet dernier. Ils ont été mis en examen, et placés en détention provisoire, comme le révèle Le Parisien

Une caméra dans une voiture

Le trio avait placé une caméra dans une voiture face à un DAB, à Gargenville dans les Yvelines. Objectif : connaître la fréquence de passage des techniciens chargés de l’entretien des distributeurs.

Problème : le véhicule était garé sur la chaussée en stationnement gênant et il a attiré l’attention des policiers qui l’ont verbalisé. Les forces de l’ordre ont alors découvert qu’une caméra était cachée dans la voiture, objectif dirigé vers l’entrée du local du distributeur de la banque.

Grâce à l’immatriculation, les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles ont établi que le véhicule appartenait à un jeune homme de 24 ans, domicilié à Porcheville et déjà connu pour des vols à main armée. Dès lors, les policiers ont entrepris une surveillance de son domicile.

Un braquage et une arrestation

L’enquête s’est accélérée le 8 juillet, lorsque l’homme a été rejoint à son domicile par deux autres personnes. Tous les trois se préparaient pour le braquage d'un supermarché. Une fois partis, les policiers ont été alertés qu’un cambriolage venait d’avoir lieu aux alentours. Ils ont alors attendu le retour du trio à Porcheville, avant de les interpeller.

Dans le véhicule, qui a servi de voiture-relais, les enquêteurs ont alors découvert un fusil à pompe chargé, un pistolet automatique 9 mm, des talkies-walkies, des cagoules, une bombe lacrymogène ainsi que le butin dérobé de 36.000 euros. Dans l’appartement du braqueur présumé, les policiers ont saisi un gilet pare-balles et des documents sur la fabrication d’engins explosifs.