Le tueur de Perpignan a-t-il fait d'autres victimes dans l'Aisne ?

  • A
  • A
Le tueur de Perpignan a-t-il fait d'autres victimes dans l'Aisne ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'arrestation du tueur présumé d'une des disparues de la gare de Perpignan ouvre une nouvelle voie dans l'enquête sur deux meurtres d'adolescentes dans l'Aisne dans les années 1980.

Les enquêteurs de la PJ de Perpignan ont-ils arrêté un tueur en série, le 14 octobre dernier ? L'interpellation de Jacques R., et ses aveux pour le meurtre de Moktharia Chaïb en 1997, ont permis de lever le voile sur une partie du mystère des disparues de la gare de Perpignan. Les enquêteurs cherchent désormais à déterminer si le suspect, délinquant sexuel notoire, pourrait être impliqué dans les disparations des deux autres victimes du dossier, Tatiana Andujar, en 1995, et Marie-Hélène Gonzalez, dont le corps a été retrouvé en 1998.

>> LIRE AUSSI - Disparues de Perpignan : 19 ans de mystère et un rebondissement

Ailleurs aussi, le profil de cet homme, originaire du département de la Somme, intrigue, révèle le Parisien. Jacques R. a-t-il fait d'autres victimes avant de s'installer dans les Pyrénées-Orientales ? L'avocate de deux adolescentes tuées sauvagement dans l'Aisne au milieu des années 1980 demande à ce que des vérifications soient menées.  

Les disparues de l'A26, une affaire non-élucidée. Sophie Borca, 16 ans. Christel Oudin, 13 ans. Deux adolescentes pour une affaire non élucidée, celle des "disparues de l'A26". Entre 1985 et 1986, elles avaient brusquement disparu avant que leurs corps sans vie ne soient retrouvés le long du chantier de l'autoroute, alors en construction, dans les environs de Saint-Quentin, dans l'Aisne.

Le parcours du tueur de Perpignan à la loupe. Pour l'avocate des familles des victimes Me Corinne Herrmann, il est "impossible de faire l'impasse" sur le suspect de Perignan. Également criminologue et spécialiste des cold case, elle s'apprête à demander au juge d'instruction en charge du dossier de l'A26 de se pencher sur le profil et le parcours de Jacques R., originaire de la région.

>>LIRE AUSSI - Disparues de Perpignan : que sait-on du suspect ?

"Il résidait à une centaine de kilomètres de là". "Il avait 25 ans quand ces jeunes filles ont été tuées. Cet homme a vécu dans le département voisin de la Somme à l'époque des faits et il résidait entre Moreuil et Hailles, à une centaine de kilomètres de là où les victimes ont été retrouvées", explique-t-elle au Parisien. "Il est nécessaire et légitime de s'intéresser à son parcours pour étudier s'il peut s'agir d'une piste", argumente l'avocate. Corinne Herrmann relève par ailleurs que les deux adolescentes ont été victimes "d'actes de barbarie", comme Mokhtaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzalez à Perpignan, dont les corps ont été retrouvés mutilés. "Des vérifications s'imposent pour le moins", ajoute-t-elle.

>> LIRE AUSSI - 18 ans après les faits, il avoue avoir tué Christelle Blétry

En septembre dernier, la pugnacité de l'avocate avait mené à l'interpellation puis à la mise en examen d'un homme 18 ans après le meurtre de Christelle Bletry, assassinée sauvagement, en 1996, en Saône-et-Loire.