Le Dr Bonnemaison a fait une tentative de suicide, son pronostic vital engagé

  • A
  • A
Le Dr Bonnemaison a fait une tentative de suicide, son pronostic vital engagé
Le Dr Nicolas Bonnemaison@ AFP
Partagez sur :

Nicolas Bonnemaison, 54 ans, a été retrouvé samedi matin dans un véhicule sur la commune de Tosse, apparemment après avoir absorbé des médicaments. Son pronostic vital est engagé.

Son geste désespéré intervient une semaine jour pour jour après sa condamnation. L'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison, condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir abrégé la vie à une patiente en phase terminale, a fait une tentative de suicide samedi matin, selon les informations d'Europe 1. Nicolas Bonnemaison, 54 ans, a été retrouvé inanimé samedi matin. Il a été transporté au CHU de Bordeaux. Son pronostic vital est engagé.

Une lettre. Nicolas Bonnemaison a été retrouvé inanimé dans son véhicule, sur la commune de Tosse, dans les Landes, près de Dax, sur un chemin de terre en lisière de forêt, apparemment après avoir absorbé des médicaments et tenté de s'asphyxier par des gaz d'échappement détournés vers l'habitacle, a-t-on indiqué auprès du parquet de Dax.  Une lettre a été retrouvée à ses côtés dans la voiture. "Il s'y dit en substance éprouvé et fatigué de la vie", a-t-on précisé de source judiciaire.  Il a été transporté en hélicoptère au CHU de Bordeaux, en soins intensifs. Son pronostic vital est engagé et son état restait "très grave" en fin d'après-midi, selon une source proche du dossier.

Retrouvé par des joggeurs. Ce sont deux joggeurs qui ont donné l'alerte. Alertée, la gendarmerie a fait héliporter la victime vers un hôpital bordelais. 

Condamné à deux ans de prison avec sursis. Il y a une semaine jour pour jour, Nicolas Bonnemaison, jugé en appel à Angers pour sept "empoisonnements" de patients en fin de vie, a été condamné à deux ans de prison avec sursis par la Cour d'assises du Maine-et-Loire. L'ex-urgentiste, acquitté en 2014 à Pau en première instance, a été reconnu coupable d'avoir délibérément donné la mort à une patiente, Françoise Iramuno, avec la circonstance aggravante de connaître sa particulière vulnérabilité. Mais il a été acquitté pour les six autres patients pour lesquels il était jugé.

Bonnemaison se disait "soulagé" par son verdict. A l'annonce du délibéré, Nicolas Bonnemaison est resté tête baissée, impassible, à discuter avec ses avocats. L'ancien médecin a ensuite calmement embrassé ses proches, les uns après les autres, tandis que des larmes coulaient sur les joues de Julie, son épouse.

L'ex-urgentiste était apparu éprouvé par ce deuxième procès sur deux semaines, mais aussi assez combatif. A l'issue du verdict, ses avocats l'avaient surtout décrit comme "soulagé, parce que pour lui c'est la fin de ce calvaire judiciaire". Ils parlaient également d'un "acquittement déguisé". Selon un membre de son entourage, l'ancien urgentiste était apparu en bon état ces tout derniers jours. Difficile donc de donner une clé d'explication pour ce suicide. Seule information : le Dr Bonnemaison avait traversé plusieurs états dépressifs au cour de sa carrière.