Mort du deuxième patient doté d'un cœur artificiel : que s'est-il passé ?

  • A
  • A
Mort du deuxième patient doté d'un cœur artificiel : que s'est-il passé ?
@ AFP/KENZO TRIBOUILLARD
Partagez sur :

Le deuxième patient ayant reçu un coeur artificiel conçu par Carmat est décédé le 2 mai, a annoncé mardi la société française.

Le second patient aura vécu dix mois avec son cœur artificiel. Le deuxième patient ayant reçu un cœur artificiel, conçu par Carmat, est mort samedi, a annoncé mardi la société française, confirmant une information de Libération. L'homme de 69 ans avait été opéré le 5 août dernier, au CHU de Nantes, en Loire-Atlantique. Il avait pu sortir, en bonne santé, de l'hôpital, en janvier dernier. Le premier porteur d'un cœur artificiel Carmat, Claude Dany, 76 ans, était lui aussi décédé le 2 mars 2014, 74 jours après l'implantation.

>> Mise à jour mercredi 6 mai : Carmat a précisé, dans un communiqué, que le coeur artificiel avait connu un "dysfonctionnement". "Les premières données de la prothèse montrent que son fonctionnement s'est dégradé du fait d'un défaut de pilotage des moteurs conduisant à une diminution du volume de sang éjecté dans l'organisme", écrit Carmat. Les premières analyses montrent toutefois "la biocompatibilité de la prothèse avec l'organisme et avec le sang", fait valoir la société française, qui continue à se dire  "résolument confiante dans la capacité de la prothèse".

Un deuxième patient en meilleur forme. Pour la deuxième opération, les spécialistes avaient "choisi un malade plus jeune, aux fonctions rénales et hépatiques encore peu atteintes, et avec une bonne fonction pulmonaire", indiquait à l'époque le Pr Carpentier. Depuis, il devait seulement transporter une petite sacoche de moins de trois kilos qui contenait son appareillage nécessaire pour vivre. Deux batteries d'approvisionnement en électricité et un boîtier de contrôle, le tout dans un petit sac qu’il emmenait partout avec lui. 

Un dysfonctionnement dans sa prothèse. Finalement, ce deuxième patient a été hospitalisé à Nantes vendredi 1er mai dans la soirée à la suite d'une insuffisance circulatoire, précise Carmat dans un communiqué. Une équipe médico-chirurgicale a constaté "une dérive fonctionnelle de la prothèse" greffée en août.Le patient avait des problèmes de circulation sanguine entre le coeur et les organes.

Une nouvelle prothèse lui a alors été implantée. La circulation sanguine s'est alors rétablie mais plusieurs organes ont montré ensuite des signes de faiblesse et le patient est décédé le samedi 2 mai dans l'après midi.

"La société mène actuellement l'analyse des données de la prothèse dans le respect du protocole de l'essai clinique, afin d'identifier les causes possibles du décès et d'assurer des conditions de sécurité maximale pour le troisième patient implanté", explique Carmat dans son communiqué.

Un troisième patient opéré. La société a par ailleurs confirmé le 28 avril l'implantation de son coeur artificiel chez un troisième patient, dans le cadre d'un essai de faisabilité, qui doit inclure au total quatre patients en insuffisance cardiaque dont le pronostic vital est engagé à brève échéance. Les critères de succès comportent entre autres la survie à 30 jours après l'implantation et la récupération fonctionnelle des organes vitaux.

La première greffe avait servi. Une première prothèse avait été implantée le 18 décembre 2013 à Paris sur un malade de 76 ans. Mais Claude Dany qui avait succombé 74 jours plus tard à la suite de l'arrêt inopiné de la machine. Selon le Pr Carpentier, "les causes de l'arrêt au 74e jour se sont révélées multifactorielles" et "une part des difficultés étaient liées à la condition même du malade : son âge, sa maladie plus avancée, sa vie menacée à quelques semaines" et "son état général, rénal en particulier, plus atteint que ce que nous pouvions supposer".

>> LIRE AUSSI - Coeur artificiel : un troisième patient greffé

>> LIRE AUSSI - Comment fonctionne un cœur artificiel ?

>> LIRE AUSSI - Cœur artificiel Carmat : quelle sera la prochaine étape ?