Le CFCM dénonce une recrudescence des actes antimusulmans

  • A
  • A
Le CFCM dénonce une recrudescence des actes antimusulmans
@ AFP
Partagez sur :

L’instance représentative du culte musulman a recensé 54 actes depuis l'attentat contre Charlie Hebdo et appelle à "renforcer la surveillance ".

La communauté musulmane serait-elle déjà une victime collatérale de l’attentat contre Charlie Hebdo ?  L'Observatoire contre l'islamophobie, structure dépendant du Conseil français du culte musulman (CFCM), appelle l'État à "renforcer la surveillance" des lieux de cultes et structures en lien avec la communauté musulmane. Selon l’organisme, plus d’une cinquantaine d’actes antimusulmans ont ainsi été relevés en France depuis mercredi et l’attentat djihadiste contre Charlie Hebdo.

>> LIRE AUSSI - Plusieurs mosquées prises pour cibles

21 actions et  33 menaces. Le président de l’observatoire, Abdallah Zekri, citant des chiffres émanant du ministère de l'Intérieur complété par les propres données de son organisme, évoque 54 actes antimusulmans comptabilisés depuis mercredi. Dans le détail, Abdallah Zekri présente 21 "actions" ainsi que 33 "menaces". Ce décompte ne comprend pas Paris et sa petite couronne, ni le début d'incendie survenu dimanche soir sur le site de la mosquée en construction de Poitiers, précise le responsable musulman.

"On est en train de mettre à mal le vivre ensemble ". Selon Abdallah Zekri, de tels chiffres en seulement cinq jours constituent "du jamais-vu". "Le plus grave ce sont par exemple deux grenades (à plâtre) jetées dans un lieu de culte, dans la mosquée des sablons, au Mans. Il y a des tags haineux, des têtes de porc, des slogans de sales arabes, bougnoules... ", évoque, au micro d’Europe 1, le responsable musulman qui se dit scandalisé.

 "Ce sont des actes mais on oublie ce qu’il se passe sur les réseaux  sociaux. Il y a des appels à l’assassinat des dirigeants de l’islam de France et à l’incendie de leur mosquée. C’est une minorité mais il faudrait arrêter là, parce que l’on est en train de créer une psychose et de mettre à mal le vivre ensemble", déplore Abdallah Zekri.

>> LIRE AUSSI La France face aux menaces djihadistes : et maintenant ?

110 actes sur les neuf premiers mois de 2014. Pour l’heure, le ministère de l’Intérieur, joint par Europe 1, ne confirme pas ces données récentes. Les dernières données disponibles, basées sur les plaintes effectivement recensées par la police ou la gendarmerie, faisaient en revanche état d'un total de 110 actes (actions et menaces) pour les neuf premiers mois de 2014, en baisse par rapport à la même période de 2013 (158).  

Un préfet pour sécuriser les lieux de culte. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé lundi la nomination d'un préfet chargé de coordonner la sécurité de tous les lieux cultuels.  Le préfet, Patrice Latron, sera notamment le référent pour la sécurité des 717 écoles confessionnelles et lieux de culte juifs en France, a annoncé Bernard Cazeneuve devant les parents de l'école juive Yaguel Yaacov de Montrouge, près de Paris.



Le ministre a également annoncé que 4.700 policiers et gendarmes étaient affectés, dès lundi, à la surveillance des bâtiments confessionnels. Le nouveau préfet "sera bien sûr également chargé de surveiller les mosquées", a-t-on précisé dans l'entourage du ministre.  Les effectifs seront déployés en fonction des priorités, et l'urgence actuelle, ce sont les lieux juifs, a-t-on fait valoir de même source.

>> LIRE AUSSI - Le prochain Charlie Hebdo, un numéro "normal" et exceptionnel

Manuel Valls préoccupé par la question. Le Premier ministre Manuel Valls, s’est d’ores et déjà exprimé sur la question, lundi, à la sortie de l'audience solennelle de la Cour de cassation. "Il y a eu ces derniers jours, et ce n'est pas nouveau, des lieux de culte, des mosquées, qui ont subi des dégradations, même des tirs de balles ", a-t-il déploré. "Et nous nous préoccupons de cela, et le ministre de l'Intérieur l'a déjà assuré, nous faisons en sorte de protéger également ces lieux de culte. Tous les citoyens de notre pays doivent avoir la protection de l'État, des forces de l'ordre, n'en doutez pas un seul instant", a-t-il ajouté.