Palaiseau : le mystère du cadavre découvert par des locataires Airbnb bientôt résolu ?

  • A
  • A
Palaiseau : le mystère du cadavre découvert par des locataires Airbnb bientôt résolu ?
L'identité du cadavre n'est pas encore connue. @ DGPN-SICOP
Partagez sur :

Les enquêteurs pensent avoir identifié le corps retrouvé samedi par un groupe d'amis qui avait loué une maison à Palaiseau. Il pourrait s’agir d’une héritière de 50 ans, disparue récemment.

Le mystère du cadavre de Palaiseau est en passe d’être résolu. Les enquêteurs pensent avoir identifié le corps retrouvé samedi par un groupe d'amis qui avait loué, via le site Air'Bnb, une maison dans l’Essonne. Il pourrait s’agir d’une récente héritière de 50 ans, portée disparue le 4 décembre, au Pré-Saint-Gervais, selon Le Parisien.

Habillée mais sans chaussure. Ce samedi 27 février, la nuit promettait d'être longue et festive, avant la macabre découverte, au fond du jardin. Alors qu’il pensait fêter les 25 ans de leur amie, un groupe de jeunes avaient découvert le cadavre d’une femme, légèrement habillée et les pieds nus. La femme était "recroquevillée dans un endroit qui a été creusé, la tête contre le sol, recouverte de branchages et entourée de rondins de bois", avait précisé une source judiciaire. Un choc pour les locataires, mais aussi pour le propriétaire, qui louait  sa maison pour la première fois.

Les enquêteurs se penchent sur le fichier des personnes disparues. Lors de la découverte, l’état de décomposition du corps et l’absence de papiers d’identité sur la victime n’avaient pas permis aux enquêteurs de l’identifier. Dans l’attente des résultats d’autopsie et d’expertises ADN, les policiers se sont penchés sur les fichiers des disparitions non élucidées. Des éléments retrouvés sur le cadavre de la victime, notamment une bague avec une grosse pierre et une gourmette, ont permis de faire le lien avec une femme de 50 ans, disparue quelques mois plus tôt.

Trois proches de la victime suspectés. Fait rare dans ce genre d’affaire, les trois hommes suspectés d’être à l’origine de la mort de la victime, sont d’ores et déjà écroués. Ils avaient été mis en examen pour assassinat peu après la disparition. Les enquêteurs avaient vite penché pour la piste du crime crapuleux, puisque après la disparition de la victime, qui venait de toucher un héritage, des retraits d’argent continuaient d’être effectués.

La police judiciaire de Bobigny s’est alors intéressée à trois proches de la disparue, qui détenaient les moyens de paiement de cette dernière. A la suite de l’ouverture d’une information judiciaire, les trois individus, qui nient toute responsabilité, ont été écroués.