Laachraoui, bien plus qu’un complice d’Abdeslam, un cadre de l’EI

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L’ADN de Najim Laachraoui, connu aussi sous le nom de Soufiane Kayal, a été retrouvé en Belgique dans tous les appartements où ont été préparés les attentats.

Ce n’est pas une petite frappe, c’est un cadre du groupe Etat islamique. Najim Laachraoui, le terroriste désormais le plus recherché en lien avec les attentats du 13 novembre est beaucoup plus qu’un simple complice de Salah Abdeslam, arrêté vendredi. Le garçon de 24 ans, brillant, organisé et surtout parfaitement endoctriné, a joué un rôle clé dans la préparation des attentats de Paris. Il a aussi très certainement connaissance de filières de l'EI voire de cellules clandestines implantées en Europe et en France.

Il pilotait les kamikazes. Najim Laachraoui était bien protégé, avec une fausse identité, celle de "Soufiane Kayal", et se trouvait en base arrière en Belgique, d'où il est originaire. De là, il pilotait les kamizakes au téléphone, par messages cryptés.

L’artificier ? On trouve ses empreintes digitales sur presque tous les gilets explosifs du commando. Il y a donc une forte suspicion qu’il soit l’artificier ou l’un des artificiers du groupe. Ce qui en fait donc une cible prioritaire pour les enquêteurs.