La joggeuse maintient sa version

  • A
  • A
La joggeuse maintient sa version
@ Gendarmerie nationale
Partagez sur :

Elle a réaffirmé avoir été séquestrée devant un psychiatre, mardi. Ses parents ont été entendus.

Marine, la joggeuse qui était portée disparue depuis dimanche matin à Saint-Germain-sur-Morin, en Seine-et-Marne, a été retrouvée vivante dimanche soir. Entendue une première fois par les gendarmes, la jeune femme de 18 ans a confié avoir été enlevée. Lundi après-midi, deux gendarmes en civil sont venus la chercher à son domicile pour "vérifier ses déclarations".

La jeune femme a maintenu son récit. Elle affirme avoir été enlevée par un homme seul qui l’aurait séquestrée toute la journée de dimanche. Elle se serait enfuie en profitant d’un assoupissement de son agresseur. Mais sa version des faits comporte certaines incohérences que les gendarmes tentent d’éclaircir. Ils se sont notamment déplacés avec l’étudiante sur le lieu où elle affirme avoir été enlevée, à environ 500 mètres de chez elle.

Mardi, la jeune fille a été examinée par un psychiatre, sans que l'on en sache plus pour le moment. Elle a de nouveau confirmé sa version des faits. Ses parents ont été entendus mardi après-midi par le procureur.

Un témoin entendu

Les gendarmes ont entendu un voisin de la jeune femme qui affirme l'avoir vue dimanche vers 20 heures, soit 3h30 avant qu'elle soit retrouvée. Christian Simonnet habite à quelques centaines de mètre du domicile des parents de Marine. L'agriculteur dit avoir vu l'étudiante, sac au dos, longer son champ. "Quand j'ai vu ça, j'ai allumé la lumière. (...) Aussitôt qu'elle m'a vu, elle a fait demi-tour (...) et elle s'est mise à courir", explique-t-il.

Ecoutez-le :

Ce témoin, qui dit ne pas connaître Marine, a précisé que dimanche soir, il "n'était pas au courant" de la disparition de la jeune femme car il "n'avait pas suivi les actualités". Le procureur considère ce témoignage "crucial par rapport aux horaires".

"Elle affirme ne pas avoir été victime de violences de quelque nature que ce soit, déclaration confirmée par les expertises effectuées cette nuit qui établissent l'absence de lésions physiques ou d'actes à caractère sexuel", a précisé André Ribes, le procureur adjoint de Meaux.

Retrouvée à 2 km de chez elle

Lorsqu'elle a été retrouvée à 23h30, Marine se trouvait à deux kilomètres de Saint-Germain-sur-Morin, dans le village de Montguillon, et marchait visiblement pour rentrer chez elle. "Elle a eu un peu froid mais n'est pas blessée", a détaillé le colonel Eric Le Callonnec, commandant du groupement de gendarmerie de Seine-et-Marne.

La jeune femme, étudiante en prépa HEC, est "en état de choc", a confié son père lundi matin qui a dit ne pas avoir pu lui parler pour le moment.

Des moyens de recherche importants

C'est sa famille qui avait donné l'alerte à la mi-journée. "Avant de partir, elle a déclaré à ses parents qu'elle allait faire un jogging puis elle n'est plus revenue", avait expliqué le procureur adjoint de République de Meaux, André Ribbes.

Un important dispositif de recherche avait été mis en place avec un hélicoptère et des plongeurs notamment. "On est plutôt content, le dispositif a fort bien fonctionné", a souligné le commandant Le Callonnec.