La joggeuse avoue avoir menti

  • A
  • A
La joggeuse avoue avoir menti
@ Gendarmerie nationale
Partagez sur :

Marine a reconnu avoir inventé son enlèvement, le 10 octobre, en Seine-et-Marne.

Elle a inventé son rapt. Marine Arcolle a avoué mercredi soir, avoir menti sur l'épisode de son enlèvement, le 10 octobre dernier, à Saint-Germain-sur-Morin, en Seine-et-Marne. Ce jour-là, la jeune femme de 18 ans avait été signalée disparue par ses parents alors qu'elle n'était pas rentrée après son jogging habituel. Elle était réapparue 12 heures plus tard et avait affirmé avoir été enlevée sans avoir subi de violences.

Ses motivations restent inconnues

Devant le procureur de la République de Meaux, Christian Girard, la joggeuse a présenté des excuses. Sans toutefois être capable d'expliquer pourquoi elle avait fait ça. Elle n'était "pas en mesure d'expliquer ni les raisons de son comportement le 10 octobre", ni "son attitude au cours de l'enquête", ni "son emploi du temps", a indiqué le parquet.

Dispensée de peine

Poursuivie pour "dénonciation mensongère d'un crime ayant exposé à d'inutiles recherches", le jeune fille a été condamnée jeudi mais dispensée de peine, a annoncé le parquet de Meaux. Marine Arcolle était jugée dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable, et avait reconnu au préalable les faits qui lui étaient reprochés.

Marine a agi sciemment

Le procureur a estimé qu'il était "nécessaire" de "donner une suite judiciaire" à l’affaire, considérant que la jeune fille avait agi sciemment. Lors de son audition devant les gendarmes, l'étudiante avait affirmé avoir été abordée par un cycliste qui l'avait menacée avec un couteau, l'obligeant à marcher longtemps sur des chemins de campagne. Or, Marine avait réellement croisé un cycliste ce jour-là, sur sa route, sans ce que ce dernier ne l’aborde le moins du monde.

Les gendarmes avaient commencé à douter de la version de Marine après le témoignage d'un voisin de la jeune femme. Christian Simonnet avait indiqué aux enquêteurs avoir vu Marine à proximité de chez lui en début de soirée, plus de trois heures avant qu'elle soit retrouvée.