La fin tragique de l’ermite des Alpes

  • A
  • A
La fin tragique de l’ermite des Alpes
Le mariage de Marcel Amphoux avec Sandrine Devillard, une Parisienne de 25 ans sa cadette, avait alimenté les rumeurs en 2011.@ MaxPPP
Partagez sur :

Marcel Amphoux est mort dans un accident. Son mariage avait défrayé la chronique en 2011.

Le conte de fées de Marcel Amphoux a pris une tournure dramatique sur une route des Hautes-Alpes mercredi. Cet agriculteur de 68 ans, qui vivait en ermite dans son village du Puy-Saint-Pierre et possédait un patrimoine foncier conséquent, est mort dans un accident de la route. Son histoire avait défrayé la chronique en septembre 2011 lors de son mariage avec une pimpante Parisienne de vingt-cinq ans sa cadette, exerçant la profession d’agent immobilier.

>> A LIRE AUSSI : La mariée était-elle sincère ?

"La piste accidentelle est privilégiée"

Mercredi, la voiture dans laquelle se trouvait Marcel Amphoux est tombée dans un ravin "dans des conditions de circulations exécrables avec un brouillard extrêmement épais", a fait savoir le procureur de Gap, Philippe Toccanier. Le conducteur, un ami et voisin de Marcel Amphoux, a été blessé grièvement tandis qu'une  passagère a été légèrement blessée. Marcel Amphoux est mort dans la nuit de mercredi à jeudi, à l'hôpital de Briançon, des suites de ses blessures.

30.11_marcel-amphoux_accide

"La piste accidentelle est privilégiée compte tenu des conditions climatiques très mauvaises", a souligné Philippe Toccanier. Des auditions de témoins, analyses sanguines et examens du véhicule doivent cependant encore être menés.

Un mariage sous les huées

En septembre 2011, le mariage de Marcel Amphoux avec Sandrine Devillard avait été célébré sous les huées des habitants de Puy-Saint-Pierre. Ces derniers soupçonnaient sa nouvelle femme d'en vouloir à sa fortune, constituée notamment de plusieurs propriétés dans la station de ski de Serre-Chevalier et évaluée à près d’un millions d’euros. Une suspicion d’autant plus forte que l’agriculteur, au physique plutôt ingrat, n’avait pas d’héritier et vivait isolé dans une demeure sans eau ni électricité.

Sandrine, 42 ans, et son mari Marcel, 67 ans MAXPPP

© MAXPPP

A la demande du maire de Puy-Saint-Pierre, le parquet de Gap avait mené une enquête pour vérifier la validité juridique du mariage. "L'enquête très approfondie établissait qu'il voulait absolument se marier et qu'il jouissait de ses facultés mentales",  a rappelé jeudi le procureur de Gap.

De son côté, la mariée n’avait cessé de clamer sa sincérité. En mai dernier, elle avait même consacré une chanson d’amour  à son agriculteur de mari. Dans cette ode, intitulée L’Appel du Soleil, Sandrine Devillard, alias DS, clamait en musique ses sentiments amoureux. "Comme le soleil brille à l’est, laisse l’amour se lever", chantait alors la jeune mariée.

Regardez la clip de la chanson de Sandrine Devillard :





Les liens avec sa femme s’étaient distendus

Toutefois, l’histoire d’amour semblait avoir pris un tournant moins idyllique depuis le printemps dernier. Un mois après la mort de son meilleur ami en mai dans un accident de tracteur, Marcel Amphoux avait confié au Parisien "être en pleine dépression nerveuse" et n’avait plus beaucoup de nouvelles de sa femme. Celle-ci se contentait de quelques visites ponctuelles et ne restait jamais dormir chez lui.

Marcel Amphoux envisageait-il de divorcer ? "Il disait y penser", a confié un de ses amis au Parisien vendredi, "mais il l’aimait trop pour la laisser tomber". Le destin aura finalement décidé à sa place.