La belle-fille de Picasso victime d’un vol de tableaux du maître ?

  • A
  • A
La belle-fille de Picasso victime d’un vol de tableaux du maître ?
Photo d'illustration@ AFP
Partagez sur :

Catherine Hutin-Blay a porté plainte après la possible disparition de toiles lui appartenant.

C’est un milliardaire russe bien connu des médias. Dmitry Rybolovlev, propriétaire de l'AS Monaco, aurait entre ses mains plusieurs toiles appartenant à la belle-fille de Picasso, Catherine Hutin-Blay et qui auraient disparu de sa collection.

En mars, la fille de Jacqueline Roque - seconde épouse du peintre - a porté plainte après avoir constaté que certaines de ses toiles apparaissaient sur le marché, selon une source judiciaire confirmant une information du quotidien britannique The Telegraph. Saisi de la plainte, le parquet de Paris a ouvert, le 23 mars, une information judiciaire des chefs de "vol", "recel de vol" et "escroquerie". Mais pour comprendre la façon extravagante dont cette femme s’est aperçue de la disparition potentielle de ces Picasso, il faut remonter à une autre affaire : un contentieux entre l’oligarque russe et l’homme d’affaires genevois Yves Bouvier.

C’est un dossier d’escroquerie ultra-médiatisé… Ces dernières années, Dmitry Rybolovlev s'est constitué une collection impressionnante d'œuvres d'arts. Il faut dire qu’avant son divorce - le plus cher de l'histoire - sa fortune était estimée à 8 milliards d'euros. Pour constituer cette collection, le résident monégasque a notamment acheté 37 tableaux et sculptures à Yves Bouvier... qu'il accuse désormais de lui avoir fait payer beaucoup trop cher toutes ces œuvres.

Au total, le Russe a dû débourser près de 2 milliards d'euros. Un prix d'acquisition surélevé pour plusieurs tableaux, qui aurait permis à Yves Bouvier de percevoir au passage une commission très supérieure aux 2% officiellement déclarés. Fin février, l’homme d’affaires suisse a d’ailleurs été mis en examen pour "escroquerie" dans ce dossier.

… Qui lui a mis la puce à l’oreille. C’est cette affaire, ayant fait les choux gras de la presse transalpine, qui a éveillé l’attention de la belle fille de Picasso. Parmi les nombreux clichés diffusés par les médias, Catherine Hutin-Blay a repéré avec surprise que certaines des œuvres de son beau-père lui appartenant figuraient dans la collection de l'homme d'affaires russe.

En fait, ces tableaux vendus au milliardaire russe proviendraient de la collection qu'elle avait elle-même confié au bras droit d'Yves Bouvier, un certain Olivier Thomas. Ce consultant en art a remplacé, fin avril, Yves Bouvier à la présidence du conseil d'administration du port franc de Luxembourg, une structure qui permet le transit et le stockage d'œuvres d'art sans s'acquitter des droits de douane ou de la TVA. Chargé des œuvres de Chaterine Hutin-BLay, Olivier Thomas devait les transporter puis les entreposer en région parisienne.  

Un marchand d’art suspecté. Le Français a été interpellé à Paris, lundi, par la brigade de répression du banditisme, puis placé en garde à vue jusqu’à mercredi après-midi, où celle-ci a été levée. Olivier Thomas pourrait être présenté à un juge si ses explications ne convainquent pas. Lundi, les policiers ont également perquisitionné le siège de la société de transport et de conservation d'œuvres Art Transit International, à Paris. Des investigations dont "nous attendons beaucoup", a déclaré l'avocate de la belle-fille de Picasso, Me Anne-Sophie Nardon.