L’étau se resserre autour de Gilles Patron

  • A
  • A
L’étau se resserre autour de Gilles Patron
Selon le journal Ouest France, une cinquième plainte a été déposée contre Gilles Patron.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le père adoptif de Laëtitia a de nouveau été mis en examen après une 5e plainte pour agressions sexuelles.

Les charges s’alourdissent à l’encontre du père d’accueil de Laëtitia Perrais, la jeune fille assassinée en janvier dernier au Pornic, en Loire-Atlantique. Selon le journal Ouest France, Gilles Patron a de nouveau été mis en examen "ces derniers jours" pour agressions sexuelles, cette fois, sur un jeune garçon.

Des attouchements

L’information a été confirmée par la rédaction de ParisMatch.com qui a contacté le procureur de  la République de Nantes, Xavier Ronsin. "Un jeune garçon âgé de 14 ans a dénoncé dans le courant du mois d'octobre 2011, des agressions sexuelles qui auraient été pratiquées sur sa personne. Les faits auraient eu lieu alors qu'il n'avait que huit ans et qu'il effectuait courant 2005 et 2006, des séjours  de courte durée dits  de famille relais chez M. Patron. Il aurait été contraint de se déshabiller entièrement et aurait subi des attouchements sur le sexe", précise Xavier Ronsin qui ajoute que le détenu nie les faits.

Déjà quatre plaintes

Il s’agit donc de la cinquième plainte à l’encontre de Gilles Patron. Jessica, la sœur de Laëtitia, avait également révélé avoir subi des relations sexuelles contraintes avec Gilles Patron depuis l’âge de 16 ans. Deux amies de Jessica avaient déjà porté plainte contre lui pour des attouchements sexuels lors de séjour chez le couple Patron. Une quatrième victime présumée de 19 ans a porté plainte le 12 septembre dernier pour "abus sexuels" lorsqu’elle était mineure.

Gilles Patron avait déjà été mis en examen le 17 août dernier pour agressions sexuelles et viols. Il est depuis placé en détention.

Une cinquantaine de mineurs

Au total, Gilles Patron a hébergé à son domicile une cinquantaine de mineurs dont six placés au long cours depuis 1995. Cet assistant familial était agréé par le Conseil général de Loire-Atlantique. Selon les informations d’Europe 1, l’organisme départemental chargé de délivrer l’agrément n’avait pas enquêté sur Gilles Patron après la mort de Laëtitia.

Une procédure de retrait d’agrément a tout de suite été lancée par le Conseil général dès l’annonce de la première mise en examen de Gilles Patron.