Attentats de janvier : "nous étions prêts"

  • A
  • A
Partagez sur :

Six mois après les attentats de janvier, le patron du Raid est revenu sur ces événements mardi au micro d'Europe 1.

INTERVIEW

L'attentat de Charlie Hebdo, la fusillade de Montrouge et la prise d'otages de l'Hyper Cacher : trois jours de tension extrême pour les unités d'intervention de la police et de la gendarmerie. Six mois après, le patron du Raid, est revenu sur ces événements mardi au micro d'Europe 1.


Jean-Michel Fauvergue: "On ne peut plus se...par Europe1fr

"On n'a pas le temps de craquer". "J'ai appris que le Raid - comme les autres unités intervenantes - était à la hauteur et que le travail que nous avions fait en amont a payé. Nous étions prêts. Cela s'est un peu vu, d'ailleurs", a estimé Jean-Michel Fauvergue, mardi matin, sur Europe 1.

Questionné sur la gestion de l'après attentats, le chef du Raid confie que ses hommes n'ont pas eu le temps de s'appesantir ou de craquer. "Le Raid, c'est plus de 400 opérations par an, pas que de l'antiterrorisme mais aussi du grand banditisme et des arrestations diverses. On n'a donc pas le temps de craquer, c'est un luxe qu'on ne peut pas se payer".

"L'affaire Merah est l'an 0 de ce type de terrorisme". Le scénario d'attentats simultanés est-il toujours une crainte des hommes du Raid ? "C'était déjà une crainte à l'époque et c'est un des scénarios qui est plausible. On s'y prépare comme avant, en ajoutant des enseignements que l'on a tirés de janvier. On continue d'abord dans la sélection très importante de nos effectifs, qui sont très bien préparés individuellement, ensuite en travaillant sur le collectif puis dans des process d'intervention particuliers et en essayant de développer des équipements particuliers", témoigne-t-il.

"On considère que l'affaire Merah est l'an 0 de ce type de terrorisme. C'est-à-dire des gens qui tuent des femmes et des enfants et qui ensuite se réfugient avec ou sans otages. Des gens qui attendent que les forces de l'ordre, et en particulier le Raid, viennent les chercher et qui ensuite chargent le Raid pour aller trouver la mort en martyr", poursuit Jean-Michel Fauvergue. "On sait désormais qu'on est confrontés à ce type de profils et on y travaille encore et toujours". 

"On ne peut plus se permettre une guerre des services". La traque des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly a démontré en janvier une forte collaboration entre le Raid et le GIGN, l'unité d'intervention de la gendarmerie. Est-ce que cela marque la fin de la légendaire gué-guerre flics-gendarmes ? "On ne peut plus se permettre une guerre des services", estime Jean-Michel Fauvergue. "Le citoyen ne le comprendrait pas, c'est totalement aberrant de se faire la guerre. Et puis sur l'évolution de la menace, on a besoin de tous les opérateurs. Et sur de grosses opérations, il n'est pas dit que demain nous ne travaillerons pas sur le même secteur", note le policier.