Jawad Bendaoud "se doutait" qu'il logeait des terroristes

  • A
  • A
Jawad Bendaoud "se doutait" qu'il logeait des terroristes
Jawad Bendaoud@ BFMTV / AFP
Partagez sur :

Vous vous rappelez certainement de Jawad Bendaoud, filmé le 18 novembre au matin alors que le RAID lançait l'assaut dans son appartement à Saint Denis. Il "se doutait" qu'il logeait des terroristes. 

Le logeur de Daech. Le nom de Jawad Bendaoud ne vous est probablement pas inconnu. Cet homme, qu'on appelle aussi "le logeur du Daech", avait été la risée d'Internet à la suite de son apparition saugrenue, le mercredi 18 novembre au matin, alors que le RAID était en train de lancer l'assaut dans son appartement de Saint Denis, qui abritait Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Aït Boulahcen et un troisième terroriste encore - non identifié à ce jour.

"Je m'en doutais mais je voulais l'argent". L'interview que Jawad Bendaoud donne alors à BFMTV pendant l'assaut tourne court. Un policier l'embarque avant la fin de sa plaidoirie en direct. A l’issue de sa garde à vue, l’homme de 29 ans est mis en examen pour association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste. Et, Mohamed S. - une de ses relations de quartier -, 25 ans, soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire entre Hasna Aït Boulahcen, en quête d’une planque pour son cousin Abdelhamid Abaaoud, et Jawad Bendaoud, est également mis en examen du même chef. S'en suit alors une défense peu convaincante pour Jawad Bendaoud. "J’ai douté, il y avait un truc pas clair, mais je ne vais pas prendre vingt ans pour ça (…) je m’en doutais, mais je voulais l’argent" affirme-t-il aux enquêteurs, selon les informations du Monde. Un appât du gain qui peut laisser perplexe : selon leurs dires, Mohamed S., l’intermédiaire, aurait empoché 100 euros pour dépanner les terroristes tandis que Jawad Bendaoud, le logeur, se serait contenté de... 50 euros. 

Jawad avait regardé des vidéos d'Abdelhamid Abaaoud.Le Monde révèle mercredi des détails des interrogatoires de Jawad Bendaoud et de son acolyte Mohamed S. Les échanges de SMS laissent supposer que Jawad Bendaoud a "sciemment hébergé des personnes en cavale", alors qu'il avait assuré à BFMTV, le matin de l'assaut, n'être "au courant de rien. Si je savais, vous croyez que je les aurais hébergés?". Selon l'enquête, Jawad Bendaoud avait reconnu le cerveau présumé des attentats de Paris, Abelhamid Abaaoud, au moment de lui louer l'appartement puisqu'il a admis "avoir regardé des vidéos du djihadiste belge durant l’un de ses séjours en prison" et "a pu faire le lien" entre les individus qu'il a hébergés et les attentats qui venaient d'avoir lieu.

"Ils m’ont dit t’es un OUF, tu ramènes des mecs de Belgique". Selon les informations du Monde, Jawad Bendaoud aurait déclaré: "Tous les mecs de ma rue, hier, ils rigolaient, ils m’ont dit t’es un OUF, tu ramènes des mecs de Belgique (…) Sur le Coran de la Mecque c’est des terroristes, nous on rigolait, bah on s’en bat les couilles, moi je les héberge. (…) Les mecs ils viennent de Belgique, ils me demandent de quel côté on fait la prière, ils me disent on est fatigué, on veut dormir, on a passé trois jours de fils de pute, 150 euros pour trois jours, pourquoi ils ont pas été à l’hôtel ? (…) Vazy même moi j’ai trouvé ça suspect les mecs…"

Le Monde évoque également des "détails troublants" dans les échanges entre les terroristes et "le logeur des terroristes de Daech". Jawad Bendaoud aurait en effet reçu un appel d'un numéro belge qui a appelé le 14 novembre un autre numéro belge, repéré au Stade de France ainsi que dans les 11e et 18e arrondissements de Paris le soir des attentats, un trajet qui coïncide avec le parcours des terroristes. Le téléphone de Mohamed S., le complice présumé de Jawad Bendaoud, a par ailleurs également été localisé en même temps que celui de Salah Abdeslam, actuellement toujours recherché.