Gard : ils utilisent un chat comme un ballon

  • A
  • A
Gard : ils utilisent un chat comme un ballon
@ REUTERS
Partagez sur :

Plusieurs associations de défense des animaux ont porté plainte. Des jeunes, âgés d'une douzaine d'années, devraient être poursuivis pour "actes de cruauté sur un animal".

Près d'un an après l'affaire du chat maltraité de Marseille, une nouvelle affaire de maltraitance animale suscite l'émoi. Des jeunes, âgés d'une douzaine d'années, se sont attaqués à un chat en jouant au ballon avec l'animal, à Vauvert, dans le Gard. Présentant de multiples contusions, la chatte a dû être euthanasiée le lendemain des faits, rapporte Midi Libre. Deux associations de défense des animaux ont porté plainte. Et la pétition lancée pour dénoncer les faits recueille déjà plus de 1.700 signatures.

>> LIRE AUSSI - Nos animaux ne sont désormais plus "des meubles"

"Ils l'ont jeté en l'air". Le 31 octobre, en observant des jeunes jouer au ballon, une passante n'en revient pas. Elle s'aperçoit que le ballon en question est un chat. Et les enfants semblent bien avoir préparé leur coup. "Nous avons su que l'animal jouait tranquillement dans un arbre lorsqu'ils l'ont fait tomber à coups de pierres. Ils l'ont alors jetée en l'air, la laissant retomber lourdement sur la chaussée. Ils lui ont donnée des coups de pied. Ils l'ont balancée", raconte les présidentes de deux associations.

La passante interpelle alors les jeunes gens et prend en charge l'animal. Le vétérinaire diagnostique un état de choc, des saignements de la gueule, un traumatisme crânien, ou encore des lésions respiratoires profondes. La chatte, appelée Duchesse, est donc euthanasiée le lendemain.

>> LIRE AUSSI - Un an de prison ferme pour le "lanceur de chat"

Plusieurs associations se constituent partie civile. Sabine Peyre de Fabrègues, de l'association Moustaches et coussinets et Claudette Monvoisin, présidentes de Chats grains d'amour ont donc décidé de porter plainte. "Nous avons déposé une plainte mercredi auprès de la gendarmerie de Vauvert. Nous ne voulons pas laisser passer. Duchesse avait déjà été sauvée de la maltraitance. Stérilisée, elle vivait tranquillement, soignée par des bénévoles. Elle était un chat libre. Sa docilité a causé sa perte", déplorent les deux femmes.

Une petite dizaine d'associations, dont les fondations Brigitte Bardot et 30 millions d'amis, se sont portées partie civile. Pour l'heure, deux des trois adolescents ont été entendus. Ils pourraient bientôt répondre "d’actes de cruauté sur un animal" si le procureur de la République décide de les poursuivre, toujours selon Midi Libre.

>> LIRE AUSSI - Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

Une loi bientôt adoptée sur le statut des animaux. L'événement intervient alors qu'a été adopté fin octobre un amendement sur le statut juridique des animaux. Jusqu'à présent, pour le code civil, les animaux étaient considérés comme des "biens meubles". Mais, après deux ans de combat des associations de défense des animaux en ce sens, les députés ont voté pour que les animaux soient reconnus comme "des êtres vivants doués de sensibilité".

Ce nouveau statut pourrait inciter les juges à être plus sévères. Actuellement, quatre plaintes sur cinq sont classées sans suite par les procureurs. Et dans les cas où des poursuites sont engagées, ce sont généralement des peines avec sursis qui sont prononcées alors que le Code pénal prévoit jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Le Sénat doit encore procéder à une nouvelle lecture du texte, vers la fin novembre, et devrait de nouveau rejeter le projet de loi. L'Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot, procédera ensuite à une ultime lecture. L'adoption de l'amendement semble donc acquise.