Haute-Savoie : la deuxième mineure recherchée rentrée à son tour chez elle

  • A
  • A
Haute-Savoie : la deuxième mineure recherchée rentrée à son tour chez elle
Partagez sur :

Louisa et Israé, recherchées pour "fugue inquiétante", sont toutes les deux rentrées au domicile parental dimanche.

INFO EUROPE 1

Louisa et Israé, les deux mineures recherchées depuis samedi pour "fugue inquiétante" par la gendarmerie, sont rentrées chez elle dimanche.

Louisa, âgée de 16 ans, est rentrée après avoir entendu l'appel de sa mère, dans les médias, à revenir chez elle. "Louisa, rentre à la maison, personne ne te fera rien. Viens, on t’attend, tu nous manques, on t’aime", avait déclaré la mère de Louisa, dimanche matin. Louisa a été ensuite interrogée par les enquêteurs pour savoir où se trouvait son amie, Israé, alors toujours recherchée et soupçonnée de vouloir rejoindre les rangs de l'Etat islamique. Cette dernière est finalement aussi rentrée chez elle dimanche peu avant minuit, a indiqué le parquet d'Annecy, sans apporter plus de précisions.

Son amie identifiée comme radicalisée. Louisa et Israé, deux adolescentes originaires de Haute-Savoie, n'avaient pas donné signe de vie depuis vendredi. Elles avaient quitté leur lycée des Carillons à Seynod, en Haute-Savoie, vendredi midi. La gendarmerie nationale avait lancé un appel à témoins, samedi, pour "fugue inquiétante". 

Louisa n'avait pas été signalée pour radicalisation et n'aurait fait que suivre son amie. Son oncle, d'ailleurs, se refusait à croire à un départ en Syrie, évoquant une simple "fugue".

Une tentative de rejoindre la Syrie il y a deux ans. Son amie, Israé Abou Serie Mohamed était soupçonnée de vouloir rejoindre les rangs de l'organisation Etat islamique (EI). "On ne sort pas facilement de cet engrenage (...) elle s'est fait embobiner", a déploré Nadia, la mère d'Israé, racontant dans Le Parisien comment, deux ans plus tôt, elle avait déjà rattrapé sa fille "in extremis" à la gare, "alors qu'elle voulait partir en Syrie" pour "aider les enfants et servir une bonne cause".

Nadia avait alors appelé le numéro vert Stop Jihadisme et Israé avait suivi une procédure de "déradicalisation" avec le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI). "On a l'impression que ça recommence !", s'était lamentée la mère, en évoquant des propos de sa fille sur "la mécréance", en dépit d'une éducation "laïque".