Gendarme tué : le chauffard écroué

  • A
  • A
Gendarme tué : le chauffard écroué
Le jeune homme de 21 ans qui conduisait la voiture volée avait été arrêté jeudi soir.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le jeune homme de 21 ans, arrêté jeudi soir, a été dénoncé par deux camarades.

Il a été dénoncé par d'autres suspects. Le conducteur de 21 ans soupçonné d'avoir mortellement fauché mercredi un gendarme au volant d'une voiture volée a été mis en examen pour "homicide volontaire" et écroué, a annoncé dimanche le procureur de Nice, Eric Bedos. L'auteur principal a été mis en examen pour "homicide volontaire sur militaire de la gendarmerie dans l'exercice de ses fonctions", "tentative d'incendie volontaire de véhicule automobile" et "vol en réunion en état de récidive légale".

Six personnes, âgées de 16 ans à 23 ans, se connaissant bien, avaient été présentées dans la nuit à deux juges d'instruction. Deux jeunes, dont un mineur, ont été mis en examen et écroués en rapport avec le cambriolage et le vol de la voiture, a indiqué le procureur de Nice. Une quatrième personne a été mise en examen pour le cambriolage et placée sous contrôle judiciaire. Enfin deux personnes ont un statut de témoins assistés, a encore précisé le procureur.
 

Déjà condamné pour des cambriolages

L'homme de 21 ans, auteur présumé de l'homicide, avait bénéficié cinq jours avant le drame d'une remise en liberté sous contrôle judiciaire. En janvier, il avait été mis en examen et placé en détention provisoire pour une dizaine de cambriolages, le vol de deux voitures et la détention de cannabis. Dans le passé, il avait en outre été condamné à trois reprises, sans emprisonnement ferme. La plupart des autres suspects n'ont pas de casier judiciaire. Ces petits délinquants étaient surveillés depuis un certain temps par la gendarmerie qui a donc pu avancer très vite dans l'enquête.

Trois individus reconnaissent avoir participé à un cambriolage le 26 septembre chez une femme à l'Escarène, non loin du lieu du drame. Ils avaient notamment volé les clefs de l'Austin Mini. Trois semaines plus tard, trois personnes, dont l'auteur de l'homicide volontaire, vont récupérer la voiture. L'un d'eux a déclaré aux enquêteurs qu'il avait laissé le véhicule et les clefs au meurtrier présumé, a indiqué le procureur.

Trahi par son téléphone portable

Le principal suspect "conteste en totalité sa participation, non seulement au vol de voiture, mais aussi à l'homicide volontaire du lendemain, prétendant n'être jamais monté dans cette Austin Mini", rapporte Eric Bedos. Mais son téléphone portable a été localisé "avant les faits, à proximité du lieu où aura lieu le choc mortel" et "après les faits, à proximité du lieu où sera retrouvée abandonnée l'Austin Mini volée".

Environ deux heures après le drame, il appelle un ami qui vient le chercher en voiture avec deux camarades, ont établi les enquêteurs. Deux de ces jeunes gens ont expliqué que "le suspect principal leur a avoué s'être trouvé seul dans la voiture volée Austin mini, avoir parfaitement identifié sur la route la présence de deux militaires de la gendarmerie, avoir non seulement délibérément fait front vers eux avec la voiture, mais surtout avoir accéléré, baissé la tête et pris la fuite", souligne le procureur.

Hommage de François Hollande

Le président François Hollande, accompagné du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, a rendu hommage samedi à l'"exceptionnel courage" du major Daniel Briere, 52 ans, après avoir rencontré sa famille pendant une demi-heure à la préfecture des Alpes-Maritimes. Les obsèques du gendarme auront lieu lundi dans la caserne des Alpes-Maritimes, en présence de Manuel Valls et du directeur général de la gendarmerie nationale, le général Jacques Mignaux.