Fusillade à Grenoble : ouverture d'une information judiciaire

  • A
  • A
Fusillade à Grenoble : ouverture d'une information judiciaire
Les deux victimes étaient connues des services de police. @ JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :

Le parquet a ouvert une information judiciaire pour "homicides volontaires en bande organisée", après la mort de deux personnes par balles le 25 avril. 

Le parquet a ouvert une information judiciaire pour "homicides volontaires en bande organisée" mardi à la suite du règlement de comptes qui a fait deux morts la semaine dernière à Grenoble. L'information judiciaire est aussi ouverte pour "tentative d'homicide volontaire en bande organisée", a précisé le parquet. 

Deux morts et un blessé. Mounir Diabi, 27 ans, a été tué de six balles dans le dos et de deux balles dans la tête lundi 25 avril au matin devant une école du quartier sensible de Teisseire dans le sud de Grenoble. L'autre victime, Nouari Akram, 22 ans, a reçu deux balles, l'une dans le torse et l'autre dans le cou, touchant la veine jugulaire. Enfin, un autre homme de 18 ans a été blessé à la jambe et hospitalisé. Quatorze douilles ont été retrouvées au total sur la scène de crime.

Les victimes avaient un lourd casier judiciaire. Le tireur serait sorti d'un véhicule pour tuer ses victimes, selon des témoignages. Les deux victimes avaient un lourd casier judiciaire, notamment pour des trafics de stupéfiants. Mounir Diabi avait été placé en garde à vue en septembre dans le cadre de l'enquête sur la mort de Younès Benhadj-Guerissi, 22 ans, tué dans le quartier de Teisseire de deux balles au front et au bras. Nouari Akram avait été entendu comme témoin dans cette même affaire. C'est finalement un autre suspect, condamné en 2013 dans une affaire de stupéfiants, qui avait été mis en examen et écroué au mois de novembre.