Fugitif tué d'une balle dans le dos : cinq ans de prison avec sursis requis contre un policier

  • A
  • A
Fugitif tué d'une balle dans le dos : cinq ans de prison avec sursis requis contre un policier
Ce fonctionnaire encourait 20 ans de réclusion pour avoir tué en avril 2012 Amine Bentounsi, 28 ans.@ Benoit PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :

Le policier Damien Saboundjian est jugé en appel aux assises, pour avoir tué d'une balle dans le dos Amine Bentounsi. 

Cinq ans de prison avec sursis ont été requis vendredi contre Damien Saboundjian, un policier jugé en appel aux assises pour avoir tué un fugitif d'une balle dans le dos, le parquet ayant écarté la légitime défense.

Interdiction de port d'arme. L'avocat général n'a pas demandé que le métier de policier soit interdit à ce gardien de la paix de 37 ans, requérant une simple interdiction de port d'arme pendant cinq ans. Ce fonctionnaire grenoblois, qui avait été acquitté en première instance, devait répondre devant la cour d'assises de Paris de "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Légitime défense invoquée. Il encourt 20 ans de réclusion pour avoir tué en avril 2012 Amine Bentounsi, 28 ans, lors d'une course-poursuite dans les rues de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Le braqueur était recherché pour s'être fait la belle à la faveur d'une permission deux ans plus tôt. Damien Saboundjian a toujours invoqué la légitime défense, affirmant que le fugitif avait braqué son arme sur lui et qu'il n'avait eu d'autre choix que de tirer pour défendre sa vie.

Le verdict attendu dans la soirée. "Les conditions de la légitime défense ne sont pas réunies", a estimé au contraire l'avocat général Rémi Crosson du Cormier, jugeant que l'accusé avait "agi par panique et non en riposte". "Il a du courage d'aller poursuivre ce délinquant mais ce courage se transforme en témérité parce qu'il a manqué de discernement, et se retrouve alors dans une situation qu'il ne maîtrise plus", a-t-il décrit. Le verdict est attendu dans la soirée, après la plaidoirie de Me Daniel Merchat, l'avocat du policier.