Finistère : deux "papys" pilleurs d'épaves interpellés

  • A
  • A
Finistère : deux "papys" pilleurs d'épaves interpellés
@ Laure Dautriche/E1
Partagez sur :

Les deux retraités étaient des passionnés "compulsifs" de plongée sous-marine… et amateurs de chasse au trésor. 

Deux retraités ont été interpellés mardi dans le cadre d'une enquête portant sur le pillage archéologique d'épaves sous-marines au large de l'île de Sein, dans le Finistère. Ils ont systématiquement visité les navires livrés aux fonds marins du coin. Certains datent du XVIIIème siècle. Au fil des ans les deux papys se sont constitués un véritable trésor qu'ils entassaient dans une pièce. Mais après huit mois d'enquête les douaniers ont réussi à les coincer.

Des dizaines d'années de chasses au trésor. Cela faisait des dizaines d'années, 40 ans pour l'un d'entre eux, que le duo pillait des épaves. Le problème est qu'il était quasiment impossible de les prendre sur le fait. Dans les parages de l'île de Sein, un endroit pavé de cailloux et brassé par les courants, il a fallu mettre la pression sur les deux chercheurs de trésors afin de les pousser à la faute. Ainsi, une simple convocation de l'un d'entre eux a finalement suffi. Pendant qu'il répondait aux questions des douaniers sur l'île, son comparse est passé faire le ménage à son domicile. L'homme est ressorti avec trois énormes sacs et a été interpellé dans la foulée.

Du sextant à la fourchette, 144 objets saisis. Au total, 144 objets, fruits de la pêche miraculeuse de ces deux hommes, ont été retrouvés par les enquêteurs. "Il y a un peu de tout : des pièces qui servaient à l'aménagement du navire, comme des hublots, ou outils de navigation, comme des lochs (instrument de mesure de la vitesse) et des sextants. Il y a également des objets qui servaient au quotidien du navire comme des fourchettes, des attaches serviettes et autres objets de ce type", détaille au micro d'Europe 1 Brice Guberman, chef de la Douane judiciaire de Nantes.

"Ce sont des passionnés de plongée, mais avec une passion presque compulsive. Il fallait plonger et ramener quelque chose, pour prouver que l'on avait été bon puisque l'on avait ramené un trésor de guerre", détaille le douanier.

Jusqu'à cinq ans de prison. Le Département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) va désormais travailler à tout répertorier afin de déterminer à quel navire ces objets appartiennent. Un travail minutieux. Les deux hommes, mis en cause pour prélèvement, vol et recel de biens culturels maritimes, risquent jusqu'à 5 ans de prison.