Femme renversée à Paris : que risque Benoît Magimel ?

  • A
  • A
Femme renversée à Paris : que risque Benoît Magimel ?
Benoît Magimel@ TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

L'acteur, qui a renversé une femme à Paris alors que son permis de conduire avait été annulé, sera jugé le 12 avril pour blessures involontaires, délit de fuite et usage de stupéfiants.

L’acteur fraîchement césarisé risque-t-il gros ? Benoît Magimel, qui est accusé d'avoir renversé une femme à Paris alors que son permis de conduire avait été annulé, sera jugé le 12 avril. L’acteur de 41 ans comparaîtra pour blessures involontaires, délit de fuite et usage de stupéfiants. Sa convocation pour un procès est assortie d'un contrôle judiciaire avec obligation de soins et interdiction de conduire tout véhicule.

Quels sont les faits reprochés ?L’accident s’est déroulé vendredi après-midi, sur une grande artère du 16e arrondissement de Paris. Selon les premiers éléments de l'enquête, Benoît Magimel conduisait un véhicule de location et a renversé une femme de 62 ans alors qu'il effectuait une marche arrière.

Il est sorti de la voiture pour s'enquérir de l'état de santé de la victime, légèrement blessée aux jambes, avant de repartir. Des témoins ont signalé son identité à la police, qui s'est rendue chez l'acteur. En son absence, les fonctionnaires ont déposé une convocation et le comédien s'est de lui-même rendu au commissariat, a-t-on ajouté de source policière.

Il y a été contrôlé positif à des produits stupéfiants, en l'occurrence cocaïne et héroïne. Pour sa défense, l'acteur explique qu'il a pris ces produits entre l'accident et sa venue au commissariat, parce qu'il était choqué. Après 48 heures de garde à vue, l'acteur s'est vu notifier une convocation par un magistrat du parquet de Paris.

Que risque-t-il ? Benoît Magimel est sorti libre de sa convocation devant le tribunal de grande instance de Paris. Il devra comparaître pour blessures involontaires par manquements délibérés à une obligation de sécurité. En l'espèce, il s'agit du fait de conduire avec un permis annulé et d'avoir effectué une marche arrière dans une rue à sens unique, délit de fuite et usage de stupéfiants.

Pénalement, les faits de "blessures involontaires par manquements délibérés à une obligation de sécurité" sont punis "de trois ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende". Cette peine est assortie "d’une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois". Tout conducteur visé par un délit de fuite risque jusqu’à trois ans de prison, une amende de 75.000 euros, ainsi qu’une suspension du permis de conduire allant jusqu'à 5 ans maximum. Dans le cas précis de Benoît Magimel, son interdiction de conduire tout véhicule lui a déjà été notifiée, sachant qu’il conduisait sans permis au moment de l’accident.

Enfin, selon le Code de la santé publique, l’usage de stupéfiants est condamné d’un an de prison et 3.750 euros d’amende. Reste à savoir si les juges vont estimer recevable l’explication de Benoît Magimel sur la prise de stupéfiants après l’accident. Concrètement, dans ce genre de dossier, les juges ont pour habitude de condamner les auteurs des faits à une peine de prison avec sursis. Dans le cas de Benoît Magimel, elle devrait être assortie d’une obligation de soin, concernant l’usage de stupéfiants.