Faux documents : 9.000 personnes ont été interpellées en 2014

  • A
  • A
Faux documents : 9.000 personnes ont été interpellées en 2014
Dans l'appartement d'un faussaire virtuose en novembre 2014. @ EUROPE 1/ GUILLAUME BIET
Partagez sur :

Outre les classiques papiers d'identités, d'autres documents sont désormais la cible des faussaires, comme les justificatifs de domicile.

INFO EUROPE 1

La fraude aux documents et à la fausse identité est un phénomène pris très au sérieux par les autorités. En 2014, selon les informations d'Europe 1, 9.000 personnes ont été interpellées en France par la police aux frontières (PAF) dans des affaires de falsifications et 15.000 faux en tous genres ont été saisis par ses services. On trouve parmi ces papiers factices, les classiques passeports fabriqués de toute pièce ou falsifiés. Mais d'autres pratiques apparaissent. Le problème des "vrai-faux documents" et des imbroglios de sosies inquiètent autant.

Les justificatifs de domicile en pointe. Pour se rendre compte de l'ampleur du fléau, il suffit de voir que les faux documents les plus massivement saisis par la police aux frontières en 2014 ne sont pas des passeports, mais des justificatifs de domicile. 3.000 exemplaires de quittances EDF et de factures en tous genres.  Des titres beaucoup plus simples à falsifier et qui permettent de faire des demandes officielles de vrais papiers. Et les autorités préviennent : il faut être prudent sur le web en évitant d'y laisser trop d'informations personnelles pour éviter l'usurpation d'identité.

Des sosies, pour tromper les agents de contrôle. Un autre phénomène a été constaté par la PAF, beaucoup plus insolite cette fois. C'est ce que l'on appelle "les look-alike", les sosies, en français. Le principe est simple : un passeport volé est revendu à un candidat qui ressemble le plus possible au titulaire.  "Certains réseaux sont capables d'avoir une batterie de passeports avec des profils très larges qu'ils sont susceptibles d'offrir à leurs clients moyennant de très fortes sommes", explique au micro d'Europe 1, le commissaire Brevet, chef du bureau de la fraude documentaire à la PAF.

"Après, nous sommes dans la cosmétique. Il faut qu'il y ait une coïncidence forte entre le détenteur du titre et celui figurant sur la photo. S'il faut se couper les cheveux, on se coupe les cheveux. S'il faut les teindre, on les teint. On rajoute ou on ôte des lunettes. Le but est vraiment que l'agent de contrôle n'est pas de doutes", rapporte le commissaire. 

A la PAF, on forme donc les troupes à cette "fraude à la physionomie". Une technique parmi d'autres, qui vaut jeudi à plusieurs dizaines de policiers et responsables de grands groupes d'imprimeries et professionnels de la biométrie de se réunir à Paris afin de trouver les parades.