Exclue de la cantine, "Léa a eu peur"
Scolarisés dans le Nord, les élèves ont été pris de douleurs abdominales et de vomissements. © MAXPPP

TEMOIGNAGE E1 - Le père de la fillette sortie du réfectoire par une policière confie sa colère.

"Elle a eu peur naturellement". Laurent, le père de Léa, ne décolère pas. Mardi midi, sa fille de 5 ans a été sortie de la cantine d’Ustaritz, dans les Pyrénées-Atlantiques, par une policière municipale en raison d’impayés s’élevant à 170 euros.

A LIRE AUSSI : Léa, exclue de la cantine

"Elle ne savait pas ce qui avait pu se passer et automatiquement, ce qui vient en premier, c'est le pire", explique Laurent, au micro d'Europe 1.  "C'est une petite fille qui reste assez fragile. Elle a cinq ans", souligne-t-il.


Pour ce père de famille, le traumatisme dépasse la seule personne de sa fille. "C'est troublant à la fois pour elle et pour ses camarades qui se sont dit : "tiens, on emmène Léa à la police, en prison", poursuit-il. Avant de pester : "On l'arrache de table comme ça, c'est incompréhensible !".

De son côté, Laurent Aguergaray, le directeur de l’école où est scolarisée Léa, a dénoncé  "un procédé irresponsable" qui a choqué la fillette et ses camarades. "Quand Léa est revenue dans l'après-midi ils étaient étonnés. Ils pensaient qu'elle était en prison. La maîtresse a discuté avec toute la classe pour tenter de dédramatiser", a-t-il précisé.