Échirolles : la famille d'un suspect parle

  • A
  • A
Échirolles : la famille d'un suspect parle
@ MAX PPP
Partagez sur :

La mère et la sœur d'un des militaires mis en examen ont regretté "un gâchis" vendredi.

C'est le témoignage d'une famille rongée par les regrets. Fathia, 46 ans, est la maman de Mohamed, le militaire de 20 ans qui a été mis en examen et écroué, avec sept autres jeunes,  pour assassinats dans le drame de la rixe d’Échirolles. Elle est soupçonnée d'avoir incité son fils à monter l'expédition punitive qui a coûté la vie à Kevin et Sofiane. Un temps placée en garde à vue puis libérée,  elle a  témoigné,  vendredi  dans la presse,  en dénonçant un "gâchis" et en condamnant les auteurs du drame. Sa fille, la sœur de Mohamed, a quant à elle  fait part de sa tristesse au micro d'Europe 1.

Une première altercation

02.10 Suite au double meurtre d'Échirolles, les élèves du lycée Marie curie sous le choc. 930620

© Max PPP

Fathia a raconté aux médias comment tout a commencé vendredi dernier devant le lycée Marie-Curie d’Échirolles. Sur son balcon avec vue sur l'établissement, la mère de famille a assisté ce jour-là à une altercation opposant son autre fils Sid Ahmed, un militaire de 19 ans, à Wilfried, le jeune frère de Kevin. Lors de cette bagarre "pour un mauvais regard", elle voit son garçon "se faire tabasser", a-t-elle confié au Parisien et sur RTL. C'est alors qu'elle a prévenu Mohamed, son grand fils, qui était en permission. Plus tard, dans la soirée, Mohamed a réuni des copains des cités de la Villeneuve et s'est rendu dans le quartier des Granges pour venger son frère. On connait la suite : deux bagarres successives et le lynchage de Kevin et Sofiane.

A lire aussi - Echirolles : le dernier fuyard s'est rendu

"Tu sais maman, là-bas il y a eu des morts"

De retour au domicile familial après l'expédition punitive, Mohamed se serait confié à sa mère. "Il m'a dit 'tu sais maman, là-bas il y a eu des morts'", se souvient cette femme de ménage. Convaincu qu'on allait "l'accuser", il "est reparti dans son régiment à Varces (Isère)", où il a été interpellé lundi après-midi par la gendarmerie. Son frère Sid Ahmed a été mis hors de cause. Fathia, qui a pu voir son fils en garde à vue, raconte aussi comment il lui est  "tombé dans les bras" en disant : "Maman franchement c'est parti d'un seul coup, je n'y suis pas allé pour tuer c'est un cauchemar".

A lire aussi - Echirolles : "Des morts que je n'accepte pas"

"J'ai gâché ma vie"

03.10 Échirolles Grenoble 930620

© Max PPP

La maman l'assure : "Mohamed m'a juré qu'il n'avait pas porté de coups de couteau"."J'ai gâché ma vie, celle de mes enfants et des jeunes qui sont morts, j'ai tout perdu", a-t-elle regretté, en chargeant les meurtriers des deux jeunes : "ce ne sont pas des êtres humains. Ils n'ont pas de cœur, ils n'ont rien"."Quand je vois les photos de Kevin et Sofiane, je pleure (...) c'est comme si c'était mes enfants que j'avais perdus. Quel gâchis!", a poursuivi Fathia, dont le mari est reparti en Algérie après le drame. Aujourd'hui, elle dit "craindre des représailles" du voisinage. "Comme moi, Mohamed regrette ce qui c'est passé. C'est un garçon sensible, pas violent", a dit cette mère qui "a le sentiment d'avoir bien élevé ses cinq enfants". Elle souligne que Mohamed et son frère "avaient un casier judiciaire vierge".

A lire aussi - Échirolles : qui sont les frères militaires ?

Un avis que partage, sa fille, la sœur de Mohamed. "Ce ne sont pas du  tout des délinquants, c'est des gens sérieux qui aimaient bien leur boulot", a-t-elle confié au micro d'Europe 1. "Ils respectaient mes parents et ils respectaient tout le monde. On n'a jamais eu de soucis de violence avec mes frères", a assuré la jeune femme, avant de témoigner de sa tristesse "devant cette très dure épreuve" et d'espérer que l'auteur des faits "va le payer très cher".